Revoilà Grönholm

Revoilà Grönholm

Revoilà Grönholm
Par AFP

Le 11/02/2005 à 13:45Mis à jour

Vainqueur de l'épreuve en 2000, 02 et 03, Marcus Grönholm (Peugeot) a dominé l'étape 1 du Rallye de Suède, vendredi. Mais Petter Solberg (Subaru) et Sébastien Loeb (Citroën), deux autres champions du monde, ne sont pas très loin, à respectivement à 0.2 se

[11/02/05] - Le Finlandais Marcus Gronholm (Peugeot 307) occupait la tête du rallye de Suède, deuxième épreuve du Championnat du monde, à l'issue de la première journée, vendredi soir à Karlstad.

Deux petits dixièmes de seconde seulement le séparaient toutefois de son poursuivant immédiat, le Norvégien Petter Solberg (Subaru Impreza), après une furieuse bataille tout au long des 106,48 km de spéciales. Le Français Sébastien Loeb (Citroën Xsara) pointait à la troisième place, à dix secondes de la Peugeot de Gronholm.

Le choc des "costauds" tant attendu avait bien eu lieu, entre trois champions du monde, favoris de l'épreuve et de la course au titre, tous décidés à s'imposer. Tout se jouait au dixième de seconde sur un terrain recouvert d'une mince pellicule de neige, tombée dans la nuit de mercredi. Le ciel était bleu, aucune erreur n'était permise.

Pour avoir trop sollicité ses pneus aux longs clous, Solberg avait perdu dans l'ES3 son capital amassé lors des deux premières spéciales. Quant à Loeb, il allait se retrouver décroché dès les premiers kilomètres de l'ES4. Après avoir calé au départ, le Français tirait tout droit à un carrefour, concédant une grosse poignée de secondes sur cette faute. Certes le Français se montrait le plus rapide dans l'épreuve chronométrée suivante (ES5) puis dans la super-spéciale (ES7), mais le handicap sur ses deux rivaux ne pouvait être complètement gommé.

Surprenant Galli

"J'ai été surpris par un changement d'adhérence" , expliquait Loeb. "J'ai traversé un fossé. Le temps de trouver la marche arrière, de changer de différentiel, j'ai perdu 18 secondes dans cette histoire".

Gronholm, Solberg et Loeb s'étaient partagé les temps scratch, deux pour chacun, et avaient écrasé la concurrence... excepté le surprenant italien Gianluigi "Gigi" Galli (Mitsubishi Lancer), auteur du meilleur chrono dans l'ES6 et accroché à la quatrième place, derrière le trio des "chefs" mais devant les habitués du WRC. Suivaient en effet le Belge François Duval (Citroën Xsara), l'Estonien Markko Martin (Peugeot 307) et les Finlandais Toni Gardemeister (Ford Focus) et Harri Rovanpera (Mitsubishi Lancer).

Pour sa quatrième apparition en Suède, la première au volant d'une WRC, Galli se signalait à l'attention de tous, lui l'enfant de Livigno, petite station de ski proche de Bormio. "C'est vraiment formidable", s'exclamait l'Italien. "C'est plus que ce que j'espérais mais la voiture est vraiment super et nous avons fait les bons choix de pneus".

Loeb "assez satisfait"

Entre Gronholm, farouchement décidé à reprendre sa série de victoires en Suède (2000, 2002 et 2003), et Solberg, avide d'oublier son "zéro pointé" du Monte-Carlo, Loeb allait devoir s'employer. "Quand j'ai commis ma faute, j'ai été très déçu sur le coup" , déclarait Loeb vendredi soir. "Mais au final je suis assez satisfait de cette première journée, assez content dans l'ensemble, surtout que vendredi matin cela a mieux marché que je le pensais. C'est vraiment une belle bagarre".

Pour le Français, l'objectif était atteint. Il redoutait cette première journée, avait peur d'être pénalisé par son rôle d'ouvreur, de "chasse-neige", et de se faire "distancer" par ses rivaux. Au lieu de cela, le tenant du titre était au contact de ses adversaires pour une deuxième journée, samedi, qui sera peut-être courue dans une tempête de neige.

0
0