Chaud devant !

Chaud devant !

Chaud devant !
Par Peugeot Sport

Le 27/05/2005 à 15:00Mis à jour

De Chypre jusqu'en Grèce, en passant par la Turquie, la saison chaude des rallyes bat son plein. Ingénieur attitré de Marcus Gronholm, Francois-Xavier Demaison explique comment Peugeot Sport lutte contre les effets de cette canicule. Entretien.

Les ouvertures sont déjà nombreuses sur une voiture de rallye. Que peut-on faire de plus dans les épreuves les plus chaudes ?

De quels autres moyens disposent-ils pour lutter contre la chaleur ?

F-X.D. : Nous collons des films réfléchissants sur les fenêtres latérales afin de limiter l'impact du soleil, et nous avons équipé les 307WRC d'un petit climatiseur, qu'ils utilisent principalement entre les spéciales. Evidemment, les équipements de base, comme les bouteilles de boisson, sont aussi plus généreusement dimensionnés. C'est d'ailleurs la même chose pour la mécanique : nous utilisons, pour le moteur, des radiateurs plus volumineux avec même un élément additionnel supplémentaire, puis, évidemment, des ventilateurs plus gros, eux aussi. On joue également sur la qualité des différents fluides qui sont utilisés pour la lubrification et le fonctionnement des composants hydrauliques. Enfin, on refroidit également un peu plus la direction assistée.

Est-il difficile de loger ces éléments plus imposants sous le capot ?

Dans quelle mesure la puissance des moteurs est-elle affectée par la chaleur ?

F-X.D. : La température d'eau doit absolument rester dans des fourchettes acceptables, pour que le moteur fonctionne dans de bonnes conditions, sans casser. Lorsqu'il fait très chaud, on réduit le 'boost' des turbos au départ, ensuite, les cartographies électroniques qui régissent les paramètres de fonctionnement moteur sont conçues pour ajuster, en cours de route, le régime du turbo en fonction des fluctuations de température.

Quid des composants électroniques ?

La chaleur influe-t-elle également sur le comportement des freins ou des amortisseurs ?

F-X.D. : A Chypre, les freins ne refroidissent pas beaucoup à cause des vitesses limitées, mais en même temps, comme on roule moins vite, ils sont moins sollicités. Lorsqu'on aborde des rallyes plus rapides, comme la Turquie ou la Grèce, les écopes d'air font leur office pour dissiper la chaleur : dans les deux cas les efforts sont en adéquation avec les besoins. Pour ce qui concerne les amortisseurs, on peut ramener de l'air sur les bonbonnes de liquide si nécessaire, mais ce n'est même pas toujours le cas. Plus que la température extérieure, c'est plus la fréquence et la violence des sollicitations qu'ils ont à subir qui fait surchauffer les amortisseurs dans ce type de rallye. Heureusement, nous avons la chance de disposer de produits « maison » qui font preuve, chaleur ou pas, d'une belle endurance.

0
0