Les déclarations de l'étape 1

Les déclarations de l'étape 1

Les déclarations de l'étape 1
Par Eurosport

Le 03/06/2005 à 21:00Mis à jour

Quelques impressions recueillies lors de l'étape 1 du Rallye de Turquie, vendredi. Au programme : Loeb, Sainz, Fréquelin (Citroën), Grönholm, Märtin, Nicolas (Peugeot), Gardemeister (Ford)...

Sébastien Loeb (Citroën Xsara) : "Dans l'ES4, il y avait une glaise épaisse, comblant les sculptures des pneus, les transformant en ‘slicks’. Comme lorsqu’on part en aquaplaning, la voiture s’embarquait dans des travers imprévisibles, se comportait comme une luge au freinage… J’ai pris le parti d’éviter soigneusement toute faute (…) Tout a fonctionné au mieux (sur l'ensemble de la journée). La voiture est vraiment parfaite. Son équilibre me permet de faire ce que je souhaite. Si je veux qu’elle dérive, elle le fait progressivement. Si je veux au contraire rouler ‘propre’, cela ne pose aucun problème. Le moins facile aujourd’hui fut le choix des pneumatiques. Ce point est un travail d’équipe, et je crois que nous pouvons tous être contents ce soir des bons choix effectués !"

Carlos Sainz (Citroën Xsara) : "Pour moi ce ne fut pas une journée très facile. La position sur la route m'a amené à rencontrer beaucoup de pierres. Le rythme est revenu peu à peu. Je me suis accoutumé aux pneus Michelin apparus cette saison : leur adhérence est excellente. Au niveau guidage de la voiture, c'est un peu différent de ce que je connaissais. Je dois donc trouver les ajustements de set-up, légèrement différents de ceux de Seb, qui me permettront d'avoir une voiture comme je les aime : très précise. En ce qui concerne les choix de pneus, en raison de l'écart de 24 minutes me séparant de Seb sur la route, j'ai pensé que dans la dernière boucle je rencontrerais plus de pluie, et j'ai peut-être un peu trop retaillés mes gommes. Cela dit, je suis très content ce soir, parce que je crois être à la place qu'il faut pour aider Citroën…

Guy Fréquelin (Citroën Sport, directeur) : "Il reste encore environ deux cents kilomètres d'épreuves chronométrées. Je me garderai donc bien de crier victoire. Ce que je peux dire ce soir, c'est que les deux équipages ont fait un excellent travail. Sébastien a été l'attaquant que nous connaissons, et le pilote intelligent qui sait gérer une situation difficile, ce qu'il a fait dans la boue de l'ES4. Quant à Carlos… Je suis admiratif ! Il ne lui a fallu qu'une spéciale pour retrouver ses marques. Devons nous en être surpris ? Probablement pas ! Nous savons quel formidable compétiteur il est. Je veux simplement dire que je suis ravi de le voir aussi heureux…"

Marcus Grönholm (Peugeot 307) : "Tout s'est bien passé mais je suis un peu déçu de ne pas être le plus rapide. On a fait de notre mieux, sans aucun problème mécanique, mais il semble bien que nous ne pouvons pas nous battre pour la victoire. On va se battre pour la deuxième place, continuer sur le même rythme et essayer de marquer le maximum de points pour Peugeot et pour nous. Dans la dernière épreuve avant la super spéciale, j'ai eu un petit problème de sélection de vitesses; j'ai dû utiliser le changement manuel et plus tard aussi dans la petite spéciale mais j'ai calé ! A part cela, c'est pas trop mal."

Markko Märtin (Peugeot 307) : "Ça n'a pas été une partie de plaisir mais on s'en est sorti avec une voiture intacte et sans problème mécanique. Dans la dernière boucle de l'après-midi, la pluie a rendu les routes très glissantes. Malheureusement notre pare-brise s'est recouvert de buée et quand j'ai voulu mettre le désembuage, j'ai coupé le moteur. Sinon je suis content d'avoir fait de bons choix de pneus ; attendons de voir maintenant ce qui peut se passer samedi."

Jean-Pierre Nicolas (Peugeot Sport, directeur) : "Le bilan de cette première journée est mitigé avec une première boucle difficile où certains concurrents, également chaussés de Pirelli, ont été plus rapides que nous. Sur un terrain gras et glissant nous avons des progrès à faire, nous devons encore travailler sur la voiture pour rejoindre nos adversaires. Marcus a été plus performant lors des 2e et 3e boucles et termine l'étape troisième à 3.6 sec de Galli. Il peut terminer deuxième du rallye, à la régulière. Quant à Markko, il ne parvient pas à s'acclimater à la voiture. Longtemps 6e, il a perdu 1mn lors d'une fausse manœuvre ; il a coupé involontairement le contact en essuyant son pare-brise embué."

Toni Gardemeister (Ford Focus) : "Dans la première, j'ai perdu du temps après les vingt premiers kilomètres sans trop comprendre pourquoi. J'ai ensuite durci la suspension et mes sensations étaient meilleures. Mais le terrain est ensuite devenu très boueux et je pense que je conduisais de manière trop agressive, ce qui m'a aussi fait perdre du temps, admet encore le pilote Ford. J'ai ensuite réussi à améliorer mes performances et je compte bien tout faire pour remonter au classement à partir de demain."

0
0