Tout est sous contrôle

Tout est sous contrôle
Par Eurosport

Le 05/06/2005 à 04:45Mis à jour

Sébastien Loeb (Citroën) s'est encore superbement sorti d'une journée piégeuse, samedi, en Turquie. Gianluigi Galli (Mitsubishi) ayant lâché prise en début de matinée, Petter Solberg (Subaru) a mené une charge contre Marcus Grönholm (Peugeot) pour la 2e p

Plus d'une minute d'avance sur ses suivants immmédiats, le Norvégien Petter Solberg (Subaru Impreza) et le Finlandais Marcus Gronholm (Peugeot 307), la marge de sécurité était grande. L'Italien Gigi Galli (Mitsubishi Lancer), lui, avait rétrogradé, victime d'une durite mal fixée à l'assistance du matin. Après les démonstrations effectuées sur les routes de Nouvelle-Zélande, de la Sardaigne et de Chypre, Loeb avait affirmé à nouveau une insolente suprématie deux jours durant dans la région d'Antalya. Sur le sec, la boue, la glaise, sous le soleil, la pluie, dans le brouillard.

Constat d'impuissance

Pourtant nanti d'une belle avance samedi matin au départ de la deuxième journée, comme à Chypre il y a deux semaines, Loeb n'en a pas moins gardé un rythme soutenu, réalisant même trois temps scratches (ES11, ES15 et ES16). "Ça ne se passe pas mal, reconnaissait Loeb. Mais je ne peux pas me permettre d'adopter le rythme que j'avais à Chypre car derrière cela va beaucoup plus vite. Dans un sens tant mieux. Même si, dans notre position, on a tendance à jouer la sécurité sur nos choix, en matière de pneus notamment. Il faut gérer, ne pas faire de faute".

"Beaucoup de plaisir"

A voir l'implication du pilote ibère, ses sourires, son envie de communiquer avec toute l'équipe Citroën, on ne pouvait s'empêcher de croire que ce rallye de Turquie ne serait pas qu'une simple "pige". Que, peut-être, le "roi Carlos" donnerait une suite à ce retour.

"Pour l'instant, je veux rester concentré sur la course. Il reste encore deux spéciales avant l'arrivée", répondait Sainz, éludant ainsi la question. Pour Loeb également, une chose comptait seulement, la victoire dimanche à Kemer. Il serait bien temps de penser après au marathon aérien qui devait le mener, dans l'après-midi, de la Turquie au Mans, pour les essais des "24 Heures" sur le circuit de la Sarthe.

0
0