"On était fait pour être ensemble"

"On était fait pour être ensemble"
Par AFP

Le 01/10/2005 à 15:15Mis à jour

Sébastien Loeb et Daniel Elena (Citroën) ont décroché un 2e titre mondial à l'issue du Rallye du Japon. Véritables complices, les deux hommes s'entendent comme larrons en foire. Ils forment une équipe de copains, un équipage en or. Au Japon, ils ont bien

Comment vous-êtes vous rencontrés ?

Sébastien Loeb: "On courait en Peugeot 106 tous les deux en 1997. J'avais un copilote et lui était avec Hervé Bernard. On a appris à se connaître, on se fréquentait. Moi, mon copilote avait eu peur aux Cévennes, il voulait arrêter. De son côté, Hervé Bernard arrêtait aussi. Je n'avais plus de copilote, lui plus de pilote. Donc on était fait pour être ensemble. Ce qui me plaisait chez Daniel, c'est que l'on s'entendait bien. On avait le même âge, il aimait bien déconner".

Quels sont les qualités de l'autre ?

Daniel Elena: "Seb est un calme. Ce qui me surprend le plus chez lui, c'est son sang-froid et sa maîtrise dans les situations difficiles. C'est un pilote hors pair. Le seul en activité à avoir gagné sur toutes les surfaces. Vu les résultats des deux dernières années, je pense que, sans enlever de mérite aux autres, c'est peut-être le meilleur pilote en activité aujourd'hui. Il est calme, professionnel jusqu'au bout des doigts. Bon tacticien, bon technicien. Il a tout ce qu'il faut dans la tête. Ce n'est pas un pilote fougueux qui va tout tenter pour chercher le dernier dixième et risquer la sortie de route. En fait, c'est plutôt un calculateur".

Comment est l'homme ?

DE: "A la base, Seb est un mec réservé. Il ne se lâche pas facilement quand il ne connaît pas. Par contre, il est adorable. Moi c'est un de mes meilleurs potes. D'ailleurs, on est plus potes que pilote-copilote. On s'appelle souvent, on fait des trucs ensemble. Il sait tout de moi, je sais tout de lui. On n'a quasiment pas de secret l'un pour l'autre".

Un défaut ?

SL: "Le petit défaut de Daniel ? Peut-être le fait qu'il soit trop sûr de lui parfois. Il s'est amélioré avec le temps. Nous avons progressé ensemble".

DE: "Toujours en retard. En fait, Seb est sur une autre planète".

Sébastien est-il une star ?

DE: "Je pense que oui. Il est connu à l'échelle mondiale. Mais il ne faut pas lui dire qu'il est une star parce qu'il n'aime pas ça. Il ne ressent pas ça du tout. Pour lui, il fait son boulot, il vit sa passion. C'est tout. Il ne se considère pas comme une star. Et pourtant... Il y a eu le phénomène du Mans, c'était de la folie. J'ai assisté à ça, c'était incroyable. Et puis il y a eu le Stade de France où il avait été plus applaudi que Michael Schumacher. En Argentine, c'était le chouchou".

La gloire a-t-elle changé Loeb ?

DE: "Non. Avec moi, il est comme à nos débuts. Dans son comportement en public, il est plus réservé car il se sait regardé. Cela le bloque un peu. Au naturel, il n'a pas changé".

Quelque chose à ajouter ?

0
0