Début mi-figue, mi-raisin

Début mi-figue, mi-raisin

Début mi-figue, mi-raisin
Par Citroën Racing

Le 12/03/2005 à 01:00Mis à jour

Citroën Sport multiplie les contrariétés au Mexique. Après le shakedown, Sébastien Loeb a été victime dès les premiers kilomètres de course, vendredi, d'un incident qui lui a fait perdre toute chance de bien figurer. François Duval a tenté a joué la prude

Dès le shakedown d'hier, les Xsara ont connu des fortunes diverses. Si François Duval a pu mener à bien sa séance d'essais, Sébastien Loeb s'est vu contraint d'interrompre la sienne. Une pierre déplacée ou déterrée par un passage précédent a causé un choc très violent sous le blindage inférieur de la voiture. Celle-ci a été ramenée au parc d'assistance de León. A l'issue d'un check-up complet, l'équipe Citroën a constaté une fêlure du bloc cylindres due au choc et a été contrainte de procéder au remplacement du moteur.

Dans ‘Ibarilla/El Zauco' (ES1), les Citroën ont montré d'emblée qu'elles étaient dans le rythme : deuxième temps pour Sébastien, quatrième chrono pour François. Puis, comme la veille, leurs chemins ont divergé.

François s'est maintenu toute la journée aux avant-postes, et n'a signalé que des problèmes mineurs." Peu après le départ de l'ES1, j'ai effectué un demi tête-à-queue. Le terrain était plus glissant que je ne l'imaginais. J'ai eu l'impression qu'au départ des chronos, mon moteur demeurait pendant quelques centaines de mètres en mode ‘sécurité'. Enfin, dans un gué, une entrée d'eau est venue coller les pages du cahier de notes de Stéphane.... Rien de grave !" Longtemps titulaire de la troisième position au classement général, le pilote belge l'a cédée pour une pincée de secondes dans ‘Santana/Cubilete', dernière spéciale du jour." Mon problème au départ des ES est résolu. Le changement de set-up que j'ai demandé n'a rien changé de fondamental : les spéciales étaient toujours aussi glissantes. Toutefois, en considérant qu'il s'agit de mon premier rallye sur terre au volant de la Xsara, je ne peux qu'être satisfait... Je vais maintenir ce rythme demain !"

Contrairement à son équipier, Sébastien s'est rapidement retrouvé en difficulté. Une bride de jambe de force d'amortisseur fendue a fait prendre à la roue arrière droite un carrossage excessif (ES1). La longue liaison suivante a détruit le pneu. L'équipage a mis en place pour ‘La Esperanza' (ES2) la roue de secours, qui a subi dans la spéciale le même sort. Seb et Daniel ont donc disputé ‘Santana', le troisième chrono de la boucle, sur trois roues et une jante, après avoir pris la précaution de neutraliser le freinage de la roue touchée. Et ils ont réussi à ramener la voiture à l'assistance où l'équipe technique l'a remise en parfait état, changement complet de transmission compris. L'addition toutefois est lourde : plus de quatre minutes...

Ayant ainsi payé son écot à la malchance, Seb connut fort heureusement une deuxième boucle exempte d'incident et se classa à chaque reprise dans les trois premiers, démontrant ainsi un niveau de performance qui devrait lui permettre de remonter demain et de ‘chasser les points'" J'étais au ralenti au premier tour dans ‘La Esperanza' et ‘Santana', du coup mon deuxième passage dans ces spéciales était en fait comme un premier et j'ai perdu un peu de temps. J'aime beaucoup le Rallye du Mexique, mais il ne me le rend guère. Tactiquement, je n'ai guère le choix maintenant. La voiture est parfaite, alors j'attaque au maximum de ce qui est raisonnable, en espérant, qui sait, grappiller quelques points..."

0
0