Mexique : le film de l'étape 1

Mexique : le film de l'étape 1
Par Eurosport

Le 11/03/2005 à 23:45Mis à jour

Petter Solberg intouchable au volant de sa nouvelle Subaru, Sébastien Loeb (Citroën) a perdu toute chance de victoire dès l'étape 1 du Rallye du Mexique, vendredi, à cause d'un amortisseur.

ES1 Ibarilla/El Zauco 1 (22.6 km) : UNE IMPREZA WRC 05 BIEN NEE

La spéciale : une section montagneuse rapide à 2029 mètres d'altitude, avec vue sur León. Une combinaison de pistes étroites remplies de cailloux, de portions rapides ouvertes et de routes sinueuses ondulées, puis des routes rapides et spectaculaires. Arrivée à 2245 mètres.

ES2 Ortega/La Esperanza 1 (29 km) : LOEB EN GRANDE DIFFICULTE

La spéciale : une des plus rapides, et la plus haute aussi, avec un point culminant à 2737 mètres au km 15.81. Départ à 2173 mètre au-dessus du niveau de la mer, à travers une gorge et le long d'une rivière en contre-bas. Des changements de surfaces de la terre dure à du plus mou. Après Las Cumbres, la route devient plus étroite avant une descente sur une route plus ouverte pour finir à 2282 mètres."

Le premier coup de théâtre : Loeb perd 2 min 41.8 sec à cause d'un amortisseur arrière droit endommagé. "Je n'ai rien senti, rien touché", explique le champion du monde. "A l'arrivée de la spéciale, c'est Daniel [Elena] qui a constaté les dégâts. Ici, le sort s'acharne sur moi. Ça a commencé dès hier (protège-carter endommagé par une pierre). Je n'ai plus d'autre choix que de tenter le tour pour le tout, essayer de rentrer dans les points."

On note le premier abandon d'un pilote nominé, Jani Paasonen, sur Skoda, auteur d'une sortie de route.

2e meilleur temps pour Pirelli, qui va encore être redoutable sur la terre cette saison. La perf est au crédit de Marcus Grönholm (Peugeot). Le double champion du monde (2000-2002) remonte de la 5e à la 2e place. Fautif au Monte-Carlo, malchanceux en Suède, François Duval, dernière chance de Citroën, est 3e.

ES3 Santana/Cubilete 1 (21.8 km) : ET DE TROIS POUR PIRELLI

La spéciale : Rapide. Départ à 2243 mètres d'altitude sur de la terre dure, qui monte graduellement sur une route rapide et large. L'altitude moyenne de la spéciale est de 2370 mètres.

Belle prestation de Gilles Panizzi, 4e (à 7.2 sec) sur une Mitsubishi Lancer enfin équipée d'un système de différentiel actif. Le Français, 6e au général à 25.5 sec, rend la confiance que lui a faite Mitsubishi, qui aurait pu nominer Gigi Galli.

Loeb attend l'assistance avec impatience. La minute et 17.3 sec perdus consomme définitivement ses espoirs de bien figurer à l'arrivée. "Super Seb" erre à 3 min 53.0 sec au général

Regroupement - León : 19h36 (25 minutes)

Parc assistance (A) - León : 20h01 (30 minutes)

ES4 Ibarilla/El Zauco 2 (22.6 km) : SOLBERG SE DETACHE

La spéciale est la reprise de l'ES1.

2e scratch de Solberg, qui repousse Grönholm à 18.7 sec au général. Loeb est 2e sur le secteur à 4.7 sec mais il écope de 20 secondes supplémentaires pour un retard de 2 minutes à l'entrée du parc d'assistance.

ES5 Ortega/La Esperanza 2 (29 km) : PERSONNE NE SUIT

La spéciale est la reprise de l'ES2.

Nouveau scratch de Solberg. Encore 7.1 sec dans la vue de Grönholm. 25.8 sec entre les deux hommes depuis le départ.

ES6 Santana/Cubilete 2 (21.8 km) : GRONHOLM REPOND

La spéciale est la reprise de l'ES3.

Flexi Service (B) - León : 00h37 (45 minutes)

Top 5 au général à l'issue de l'étape 1 : 1-Solberg (NOR/Subaru Impreza) en 1h 23 min 56.0 sec, 2-Grönholm (FIN/Peugeot 307) +20.5 sec, 3-Märtin (EST/Peugeot 307) +30.9 sec, 4-Duval (BEL/Citroën) +33.9 sec, 5-Atkinson (AUS/Subaru Impreza) +50.6 sec

0
0