From Official Website

Le trio devient duo

Le trio devient duo
Par AFP

Le 25/03/2006 à 22:00Mis à jour

La faute de Xevi Pons a été le fait marquant de la deuxième journée du rallye d'Espagne. "Il y a des consignes pour dire : 'il ne faut pas sortir de la route'", a relevé Sébastien Loeb.

Avec un parcours par moment très sale, le champion du monde en titre a surtout veillé à gérer son avance, terminant quatre spéciales au-delà de la troisième place (deux fois 6e puis 5e et 4e), s'offrant malgré tout deux spéciales (ES9, ES12).

Avant la dernière journée, il possède 34 secondes 5/10 sur l'Espagnol Dani Sordo (Citroën Xsara), vainqueur de sa première spéciale chez les grands (ES10), et 2 minutes 5 secondes 5/10 sur le Français Alexandre Bengué (Peugeot 307).

"Belle satisfaction"

Sordo "a bien compris comment ça marche", a déclaré Sébastien Loeb à la fin de la 2e étape. "Je suis très content, a déclaré le pilote espagnol. Je ne m'attendais pas à faire un temps scratch."

La Xsara du Catalan Xevi Pons est sortie dans un virage à mi-parcours de la 10e spéciale. Lui et son copilote, Carlos del Barrio, sont sortis indemnes de l'accident. Dans l'éventualité o ils pourraient repartir dimanche, 3e et dernière journée du rallye, ce serait avec 15 minutes de pénalité.

"J'ai assez bien conduit, soulignait-il à la mi-journée. J'ai pu rouler vite, avec de la sécurité. Avoir des voitures d'usine derrière au classement, c'est une belle satisfaction." Mais il sera sans doute très difficile de résister aux assauts de Marcus Grönholm dimanche. Le Français ne possède que 4 secondes 1/10 d'avance sur le Finlandais, passé de la 10e à la 4e place.

"Trop souple"

Lâché par son turbo vendredi, Grönholm est parti à la chasse aux points et a enlevé trois spéciales (ES7, ES8 et ES11). "Il n'y a pas de problème aujourd'hui. Tout va bien" , avait-il souligné après les trois premières spéciales du jour. Avec toujours en travers de la gorge ses déboires de vendredi.

Le Norvégien Petter Solberg (Subaru Impreza), dauphin de Loeb au Mexique, n'est pas à la fête sur la Costa Daurada. Quatrième vendredi soir, il a chuté au 7e rang : "Notre position n'est pas bonne mais c'est comme ça".

Son équipier français Stéphane Sarrazin n'est pas mieux loti, avec une 8e place à 3 minutes 56 secondes 6/10 de Loeb. "C'est vraiment frustrant, confiait-il. C'est difficile en ce moment car je n'ai pas la confiance souhaitée dans la voiture quand il faut couper les trajectoires."

0
0