Les déclarations de l'étape 3

Les déclarations de l'étape 3
Par Eurosport

Le 17/10/2004 à 13:55Mis à jour

Impressions recueillies à l'arrivée du Rallye de France, dimanche. Au programme : Loeb, Fréquelin, Sainz (Citroën), Märtin, Duval, Wilson (Ford), Grönholm, Loix, Provera (Peugeot), Solberg, Sarrazin (Subaru)...

Guy Fréquelin (Citroën Sport, directeur) : "C'est une très grande émotion parce que, en 1981, j'avais raté le titre mondial (Pilotes). Je considère ce titre de Sébastien (Loeb) comme étant un peu le mien. J'en prends une petite partie. Ce que j'ai ressenti à l'arrivée a été très fort. Je suis heureux pour Sébastien que j'ai découvert en 1998 dans les Formules de promotion. Réussir à amener un jeune sur la plus haute marche du podium, c'est très fort comme joie, comme émotion. Claude Satinet (directeur général de Citroën) nous avait dit l'an dernier après le titre Constructeurs qu'il fallait en profiter parce qu'il n'y a qu'une première fois. Moi, je dois rester un enfant parce que je suis autant ému, autant heureux".

Markko Märtin (Ford, vainqueur) : "Gagner pour la première fois une manche asphalte est formidable. La Corse est la course de référence sur routes goudronnées, celle que l'on rêve de remporter. Les deux premières étapes ont été très dures en raison des conditions météo. Quand j'ai entamé ma carrière, je m'étais fixé trois objectifs : gagner en Finlande, gagner une course sur asphalte, en Corse de préférence, et devenir champion du monde. Il ne me reste plus qu'un seul de ces trois buts à atteindre ! Nous avons finalement réussi à concrétiser tout le potentiel de la Ford Focus RS sur asphalte. Cette victoire est d'autant plus satisfaisante qu'elle met un terme à une période difficile pour moi."

Malcolm Wilson (Team BP-Ford, directeur) : "Nos deux pilotes se sont superbement comportés en se livrant un duel haletant pour la victoire. Il est vraiment dommage que François ait dû abandonner, mais je suis persuadé que sa première victoire se produira très bientôt."

Marcus Grönholm (Peugeot 307, 4e) : "Ce fut trois longues et difficiles journées ici ! Au début je sentais mal l'auto, et puis au fil des différentes modifications de réglages, le comportement a été meilleur et les performances s'en sont ressenties."

Freddy Loix (Peugeot 307, 7e) : "Je n'ai pas pu récupérer le temps perdu la première journée, mais la situation s'est améliorée par la suite."

Corrado Provera (Peugeot Sport, directeur) : "Il n'y a qu'une chose à dire : Bravo à Citroën, Bravo à Sébatien!"

Petter Solberg (Subaru, 5e) : "Je suis bien-sûr déçu que la course au titre soit terminée. Mais, c'est comme ça. On a montré ce week-end en Corse qu'on a encore pas mal de travail à faire avant d'être compétitif sur ce genre de terrain. Sébastien (Loeb) est un très beau champion et je suis content pour lui. Son équipe a fait du beau boulot et ils ont mérité ces titres. Nous avons eu quelques belles bagarres cette année, et honnêtement, cela a été un beau championnat."

Stéphane Sarrazin (Subaru Impreza) : "Nous avons vécu une course fantastique. Finir sixième à ce niveau de compétition avec une voiture privée est fabuleux. C'est une superbe récompense du travail accompli par toute l'équipe. Je me suis régalé pendant toute la course. Certaines spéciales n'étaient vraiment pas faciles mais je ne me suis fait aucune frayeur. Nous voulions confirmer notre performance réalisée en Allemagne et nous avons atteint cet objectif. Finir devant des pilotes comme Freddy Loix (Peugeot) ou Armin Schwarz (Skoda) est formidable. Je suis déjà impatient de me retrouver au départ du Rallye de Catalogne, dans moins de deux semaines."

0
0