Loeb double la mise

Loeb double la mise
Par AFP

Le 08/04/2006 à 11:30Mis à jour

Le Français Sébastien Loeb (Citroën) a confirmé son autorité sur le Rallye de France samedi en portant de 19.9 à 39.7 secondes son avance sur Marcus Grönholm (Ford).

"J'ai choisi des pneus un peu plus tendres ce matin. Quand ils ont commencé à se dégrader, j'ai calqué ma course sur les temps de Marcus. Il était moins à l'aise qu'hier, donc ça m'a permis de soulager un peu", a expliqué Loeb, parfait gestionnaire de son capital de pneus durs et moins durs à préserver pour dimanche. "La voiture n'était pas à 100% et je ne pense pas avoir très bien conduit" , reconnaissait Grönholm. Le grand Finlandais se reprochait de "ne pas avoir assez attaqué", mais expliquait que "ces deux spéciales étaient difficiles, parce que très glissantes et très tortueuses".

Comme ces deux spéciales, à parcourir deux fois chacune, étaient délicates, les deux hommes de tête ont choisi, en fin de boucle, de laisser quelques miettes à leurs rivaux. Le premier à en profiter a été un autre Finlandais, Mikko Hirvonen, sur la deuxième Focus officielle, meilleur temps dans l'ES6.

Sordo remonte, Bengué redescend

En fin d'après-midi c'est Sordo, sur la Xsara rouge de l'écurie Kronos, qui a signé le dernier temps scratch de la journée (ES8), histoire de conclure provisoirement à la 3e place une belle remontée : le jeune Espagnol avait entamé le rallye en 13e position, suite à des problèmes électroniques vendredi matin.

Le Français Alex Bengué a fait le trajet inverse, redescendant de la 3e à la 5e place à cause de mauvais réglages ayant altéré le comportement de sa Peugeot 307 de l'écurie BSA. "J'ai bien conduit, mais je perdais du temps à chaque virage. La voiture glissait beaucoup de l'avant et on abîmait les pneus", a regretté Bengué après coup.

Bengué était déçu samedi soir, mais il s'en était quand même mieux sorti que son compère Nicolas Vouilloz, sur l'autre 307 jaune et grise de BSA. Parti à la faute au milieu de l'ES5, l'ex-champion du monde de VTT, 8e au général samedi matin, a arraché un demi-train arrière dans un choc contre un mur de béton, suite à un freinage trop appuyé sur des gravillons.

Cette ES5 a fait de gros dégâts dans les rangs, et même provoqué un retard d'une demi-heure sur le programme de la matinée, quand l'Italien Luca Betti a arraché les deux roues de sa Renault Clio. La course a alors été neutralisée, le temps de dégager la route, et l'ES6 a débuté avec une demi-heure de retard. Plusieurs autres pilotes ont vu leurs espoirs s'évanouir samedi, à commencer par le Finlandais Jari-Matti Latvala (sortie de route, ES6), 21 ans, alors que sa Ford Focus était dans les points (7e). Pendant ce temps, bien loin devant, Loeb et Grönholm géraient leur course...

0
0