From Official Website

Grönholm sans trembler

Grönholm sans trembler
Par Eurosport

Le 03/12/2006 à 16:15Mis à jour

Le Finlandais Marcus Grönholm (Ford Focus) a remporté comme prévu le rallye de Grande-Bretagne, mais a échoué comme prévu à un petit point du Français Sébastien Loeb, absent des quatre derniers rallyes.

Malgré sept victoires cette saison, dont trois pendant l'absence de Loeb, Grönholm termine donc à un souffle du Français, qui a quasiment fait le plein à chacune de ses 12 sorties: huit fois premier, quatre fois deuxième, jamais plus loin. "C'est ma saison la plus difficile, parce qu'on a toujours été en bagarre avec Marcus", disait Loeb récemment.

Et même s'il n'aurait probablement pas aimé conquérir un troisième titre dévalué par la chute en VTT de son rival préféré, fin septembre au retour du rallye de Chypre, le grand Marcus, champion en 2000 et 2002, risque de repenser souvent cet hiver aux points qu'il a abandonnés en chemin, par sa faute, avant même le rallye d'Australie (5e) o le titre s'est définitivement envolé.

Les deux monstres du rallye mondial se retrouveront au Stade de France le 16 décembre, pour la Course des Champions. Un mois plus tard, quand ils prendront le départ du rallye Monte-Carlo, épreuve d'ouverture de la saison 2007, Marcus aura un double avantage: une Ford Focus rodée par cette saison 2006 réussie, contre une C4 flambant neuve pour Loeb; une forme physique et morale intacte, contre trois mois d'inactivité forcée pour Sébastien.

Solberg finit bien

En attendant, c'est l'heure des bilans. Grönholm a remporté à Cardiff le 25e rallye de sa carrière -contre 28 pour Loeb- devant l'Autrichien Manfred Stohl, qui a terminé la saison en trombe sur sa Peugeot 307 du Team Bozian: trois podiums d'affilée dans les trois derniers rallyes. Le Norvégien Petter Solberg (Subaru Impreza), vainqueur sans interruption en terre galloise de 2002 à 2005, avait encore accumulé les erreurs et les pépins vendredi et samedi. Il a préservé jusqu'au bout sa 3e place et fini en beauté, pour l'honneur, en signant trois temps scratch sur quatre (ES14, ES16, ES17) dans la 3e et dernière étape, dimanche matin.

A ce moment-là, Grönholm avait levé le pied depuis longtemps. En tête de bout en bout, il était débarrassé depuis vendredi de la menace éventuelle de son coéquipier Mikko Hirvonen, libre de toutes consignes mais mis hors-course après trois spéciales vendredi, pour cause de châssis abîmé. Associé à son fidèle copilote, Timo Rautiainen, il a fini en roue libre et remporté son deuxième "RAC" après celui de 2001, sur Peugeot 206.

En fait, le grand Marcus a terminé la saison comme il l'avait commencée, par deux victoires: Monte-Carlo en janvier et Suède en février, puis Grèce en juin, Finlande en août, Turquie en octobre, Nouvelle-Zélande en novembre, RAC en décembre. Un vrai métronome, avec un tout petit quelque chose en moins par rapport à Loeb: un point.

0
0