Solberg tient le cap

Solberg tient le cap
Par AFP

Le 05/06/2004 à 17:45Mis à jour

Petter Solberg (Subaru Impreza) a contenu une meute parfois déchainée sur les spéciales du Rallye de Grèce, samedi. A vouloir suivre le champion du monde, Grönholm y a laissé sa Peugeot 307 sur le bord de la route. Après tant d'autorité de la part de Solb

Le matin, Marcus Grönholm (Peugeot 307) a espéré pouvoir venir se mêler à la lutte. Si la victoire n'était plus un objectif raisonnable, le Finlandais pouvait néanmoins viser la deuxième place. Histoire d'atténuer un peu la cruelle déception de sa destitution après son succès sur le terrain à Chypre. Les espoirs du double champion du monde n'ont pas duré longtemps. "A 500 mètres de l'arrivée de l'ES10 (la première de la journée), je suis sorti un peu large d'un virage et j'ai touché un rocher avec ma roue arrière gauche, a narré Grönholm. Le triangle de suspension a cassé et je savais que ce serait difficile de continuer".

"C'est une grosse déception. Et malheureusement c'est juste de ma faute", a reconnu le pilote Peugeot.

Petite frayeur

La matinée venait tout juste de commencer que Solberg se voyait débarrassé d'un rival encombrant. Mais il restait le trio Rovanperä-Loeb-Duval. Le Norvégien a du résister aux assauts de ses adversaires, notamment aux velléités de Rovanperä et Loeb, les trois hommes se partageant les temps scratches, deux chacun. Avant que le leader ne termine en beauté avec le meilleur temps de la super-spéciale clôturant la deuxième journée.

Dans sa mésaventure, le pilote Subaru a concédé près de 25 secondes à ses poursuivants. Pas suffisant toutefois pour permettre à Rovanpera et Loeb de se faire trop d'illusions.

"Bonne opération"

Le Français est parvenu à rester au contact du Finlandais en dépit d'une erreur dans le choix de ses pneus dans la dernière boucle. "On nous avait annoncé 80% de chance de pluie. Il n'y a en a pas eu. Tout juste une petite goutte pour mouiller le pare-brise, a plaisanté Loeb. J'ai donc dû attaquer tout le long". Et l'Alsacien à l'attaque, c'est quelque chose. "Il est fou !", se sont même exclamés certains. "Fou, non. Mais, c'est vrai, j'ai attaqué très fort", a répondu Loeb.

Sauf incident, Solberg va certainement se diriger dimanche vers une deuxième victoire cette saison après la Nouvelle-Zélande. Derrière, l'incertitude va planer sans doute jusqu'au bout pour la deuxième place. Mais Sébastien Loeb se contenterait même de la troisième.

"Si ça reste comme ça, ce sera une bonne opération" , a estimé le Français. Avec deux rivaux, Martin et Grönholm, éliminés, le pilote Citroën est en effet en passe de marquer de précieux points dans la course au titre...

0
0