Reuters

Etape 3 : déclarations

Etape 3 : déclarations
Par Eurosport

Le 04/06/2006 à 14:30Mis à jour

Impressions recueillies à l'arrivée du Rallye de Grèce, dimanche.

Malcolm Wilson (Ford BP, directeur) : "Cette victoire est le fruit de beaucoup de travail entre le Rallye de Sardaigne et celui de l'Acropole pour fiabiliser la Focus. Monsieur Edouard Michelin était un homme de challenge. Ce Rallye de l'Acropole était un challenge. Nous lui dédions cette victoire."

Petter Solberg (Subaru Impreza, 7e) : "La voiture marchait très bien ici, on avait fait beaucoup d'essais et on avait trouvé les réglages qu'il fallait pour être dans le rythme. Mais encore une fois nous n'avons pas eu de chance (ndlr: accident sur le parcours de liaison samedi, alors qu'il était 3e). Je ne sais pas quoi dire, sinon que c'est vraiment une saison de m... pour moi. Et que l'équipe Subaru a encore beaucoup de travail."

Aimé Chatard (BFGoodrich rallye, directeur) : "Cette année, le Rallye de Grèce revenait près d'Athènes, sur des pistes qui ont fait la réputation de cette épreuve. Et comme prévu, ce week-end fut très difficile pour les pneus, en particulier les 2e et 3e étapes car non seulement les spéciales étaient très cassantes, certaines ont été parcourues quatre fois, mais les vitesses moyennes étaient aussi relativement élevées. Sans l'insert de mousse monté dans les pneumatiques, aucune WRC ne pouvait rallier l'arrivée. Tous les pilotes ont été victimes de crevaisons. Dans 90% des cas, la mousse a joué son rôle, mais lorsque la coupure est supérieure à 5 cm, la mousse s'échappe petit à petit. C.est ce qui a pu se produire sur la Xsara de Loeb samedi après-midi, mais nous n'avons pu l'analyser puisque le pneu n'a pu être récupéré. Ce week-end, il fallait aussi une grande part de chance pour s'imposer."

0
0