Loeb : "Partir à mon rythme"

Loeb : "Partir à mon rythme"
Par AFP

Le 30/05/2006 à 17:00Mis à jour

Sébastien Loeb (Citroën Xsara) souhaite entamer à sa manière le rallye de Grèce, qui débute jeudi soir par une super-spéciale. Dans ce rallye qui s'annonce très ouvert, le double champion du monde en titre et leader détaché du classement général veut tout

Dans quel état d'esprit abordez-vous ce rallye de Grèce ?

Sébastien Loeb : "Comme tous les rallyes, mais avec un début difficile car toutes les spéciales sont nouvelles cette année. C'est pareil pour tout le monde, mais ça nous a demandé beaucoup plus d'attention et de concentration pendant les reconnaissances, parce qu'on n'avait droit qu'à deux passages. Par rapport aux adversaires, le match commence dès la prise de notes. L'objectif va être de partir à mon rythme, de voir ce que je suis capable de faire, et on verra après."

Regrettez-vous le tracé de ces dernières années ?

S.L. : "Pas plus que cela. Il proposait de belles spéciales, mais aussi des tracés très cassants où je souffrais pour la voiture. Découvrir de nouvelles spéciales suscite toujours un mouvement de curiosité. Enfin, deux visites au Stade Olympique représentent deux moments enthousiasmants. L'an dernier, c'était vraiment fantastique, comme à Córdoba (rallye d'Argentine). Ces super-spéciales dans des arènes permettant aux gens qui ne peuvent aller dans les vraies' spéciales de venir prendre du plaisir, je suis pour, à fond. Mais attention : sous peine de dénaturer notre sport, elles ne doivent pas avoir plus d'importance chronométrique ou sportive qu'une vraie' spéciale."

Est-ce que vous pensez souvent au record de victoires (26) de Carlos Sainz ?

S.L. : "On s'est battus pour avoir cette avance de 31 points au classement, donc il ne faut pas non plus griller ces jokers bêtement. Je peux me permettre d'attaquer pour la victoire aussi longtemps que je la sentirai possible, mais si je m'aperçois que Grönholm ou Solberg est vraiment au dessus du lot, et que je suis obligé de prendre des risques extrêmes, je ne vais peut-être pas le faire et je vais assurer la 2e place. Je pense au record de Sainz, il est à portée de main, mais ce n'est pas une obsession. Depuis que je suis arrivé en Grèce, je suis plutôt concentré sur mes reconnaissances. Je prépare au mieux mon rallye et les comptes on les fera après."

0
0