From Official Website

Loeb en patron

Loeb en patron
Par AFP

Le 05/03/2006 à 21:45Mis à jour

En dominant pour la première fois de sa carrière l'épreuve mexicaine, Sébastien Loeb a ouvert le palmarès de sa nouvelle équipe Kronos Racing en Mondial, dimanche. "Pour moi, c'était important d'arrêter le cycle de victoires de Marcus Grönholm", a ajouté

Dauphin du Finlandais Marcus Grönholm (Ford Focus RS) lors des deux premières épreuves de l'année 2006, le double champion du monde attendait avec impatience d'ouvrir enfin son compteur de victoires et d'offrir un premier laurier à sa nouvelle équipe, Kronos. Sa belle démonstration au Monte-Carlo (10 spéciales gagnées sur 18) avait été annulée par une sortie de route lors de la première journée. En Suède, le géant nordique avait fait régner sa loi sur la glace, son terrain de prédilection.

Sur la terre mexicaine, Loeb a pu étaler toute sa science malgré la belle résistance du tenant du titre Petter Solberg. Au volant de sa Subaru Impreza, le Norvégien a été le principal animateur des premières spéciales avant le début du "show" Loeb, en route vers le 21e trophée de sa carrière en WRC.

Dernier effort

Débarrassé de la menace Grönholm, hors-course pour la victoire finale après une faute dans l'ES4, le Français est passé à l'attaque alors que Solberg, souvent trahi par ses pneumatiques, ne parvenait pas à suivre la cadence. Un choc dans l'ES13 avec un petit rocher, lui faisant perdre plus de 28 secondes et mettant à mal sa direction assistée, lui a donné le coup de grâce. Il restait cependant à Loeb un dernier effort à fournir, dimanche, notamment dans l'ES15, la plus longue du rallye (38,22 km). Le suspense ne dura guère longtemps.

Solberg a bien repris une seconde sur les 9 premiers kilomètres, mais l'Alsacien a parfaitement contre-attaqué pour finalement signer le temps scratch avec 5 sec 3/10 d'avance sur Grönholm et 12 sec 6/10 sur Solberg. Une spécialité signée Loeb, déjà auteur d'une remontée fantastique, de la 6e à la 4e place, l'année dernière sur le même parcours. Les deux dernières spéciales n'ont plus été qu'une simple formalité pour le Français qui pouvait savourer son retour au sommet du Championnat du monde mais avec surtout une pensée pour l'écurie privée dirigée par le Belge Marc Van Dalen.

"Cela fait vraiment plaisir parce que pour toute l'équipe c'est une première victoire, je suis vraiment heureux", a lâché Sébastien Loeb à l'arrivée. "Pour Kronos c'est un très grand moment. Le Mexique est un rallye très difficile. On a perdu du temps le premier jour en balayant la route. Pour moi, c'était important d'arrêter le cycle de victoires de Marcus (Grönholm)", a-t-il ajouté.

Solberg se refait une santé

A l'image des deux premières manches de la saison, l'étape mexicaine a ainsi montré que la bataille sera âpre pour la conquête du titre conducteurs entre les trois hommes forts du plateau, Loeb, Grönholm et Solberg. Ce dernier, malheureux en Principauté (abandon) et en Suède (exclusion), s'est refait une belle santé en Amérique centrale, même handicapé par des maux à la tête et à l'estomac.

Autre belle confirmation, celle de l'équipe OMV-Peugeot-Norvège, qui conforte sa troisième place chez les constructeurs grâce à l'Autrichien Manfred Stohl (3e), longtemps sous la menace du champion du monde juniors, l'Espagnol Daniel Sordo (Citröen Xsara), et au Norvégien Henning Solberg (5e).

Les Ford Focus ont en revanche déçu. Aux malheurs de Grönholm se sont ajoutés ceux de son coéquipier et jeune compatriote (25 ans) Mikko Hirvonen, sorti de la route dans l'ES8, et de l'inexpérimenté Matthew Wilson, de l'équipe Stobart, qui n'a pas fait mieux dans la même spéciale.

0
0