From Official Website

Loeb sur la voie royale

Loeb sur la voie royale
Par AFP

Le 05/03/2006 à 05:00Mis à jour

Sébastien Loeb (Citroën) a exercé une pression à laquelle ni Mikko Hirvonen (Ford) ni Petter Solberg (Subaru) n'ont pu résister, samedi, au Mexique. Auteur de six scratches sur sept possibles, le Français a logiquement pris la tête de la 3e manche du cham

Le Français Sébastien Loeb (Citroën Xsara) est passé à l'offensive au cours de la deuxième journée du rallye du Mexique pour s'emparer de la tête de cette troisième manche du Championnat du monde, samedi dans la région de Leon, avec une marge confortable sur l'ancien leader, le Norvégien Petter Solberg (Subaru Impreza).

Le double champion du monde, toujours à la recherche de son premier succès de la saison, a signé six temps scratches sur les sept spéciales au programme (ES8, 10, 11, 12, 13, 14) pour compter 37 sec 7/10 d'avance sur Solberg. Le pilote nordique, trahi par ses pneumatiques et sa direction assistée après avoir heurté un petit rocher dans l'ES13, a sans doute laissé passer une belle chance de se succéder à lui-même au palmarès de l'épreuve, et aura désormais bien du mal à calmer la fougue du Français.

Alors qu'il ne reste que trois portions chronométrées au menu de dimanche dont une super spéciale (4,42 km), sa seule véritable opportunité se situe dans l'ES15, la plus longue du rallye (38,22 km). Mais avec un tel retard, seule une faute de Loeb pourrait lui permettre d'ouvrir enfin son compteur au classement des conducteurs avec les dix points promis au vainqueur, après ses deux fiascos du Monte-Carlo (abandon) et de la Suède (exclusion).

Stohl s'accroche

"On a un peu plus d'air pour dimanche mais il va quand même falloir attaquer et rouler fort parce que Petter va le faire, a déclaré Sébastien Loeb. Aujourd'hui, c'était chaud dans tous les sens du terme, avec surtout tout ce que l'on a pu trouver sur la route entre les chiens, les vaches, les pierres posées par les gens, et un pont barré."

Solberg a longtemps résisté malgré des pneus de plus en plus usés. La différence s'est faite dans l'ES13 o sa direction assistée endommagée, il a concédé 28 sec 5/10 à Loeb. "Avec une direction cassée, on peut perdre jusqu'à six secondes par km, mais je n'en ai perdu que 4,5, a expliqué, dépité, le Norvégien. Tout reste possible. Il (Loeb) peut commettre une erreur, je peux aussi en faire une."

Derrière le duo de tête, Manfred Stohl (Peugeot 307) s'accroche à sa troisième place malgré une vache heurtée de plein fouet (ES13) et la concurrence du coriace Espagnol Daniel Sordo (Citroën Xsara), revenu dans la bagarre après un tête-à-queue la veille (ES2). 'Autrichien semble bien parti pour réaliser son principal objectif : conforter la troisième position de son équipe, OMV-Peugeot-Norvège, au Championnat des constructeurs.

Hirvonen à la faute

Le Finlandais Mikko Hirvonen (Ford Focus RS) a lui perdu toutes ses illusions d'entrée de jeu. Dauphin de Solberg, vendredi soir, le jeune coéquipier (25 ans) de Marcus Gronhölm a imité son illustre compatriote pour partir à la faute au bout de 1,7 km dès l'ES8. Sans doute Hirvonen avait-il senti la menace de Loeb, troisième à l'issue des sept premières spéciales de vendredi et parti très tôt dans une course poursuite effrénée pour se rapprocher de Solberg.

D'autres pilotes ont également eu du mal à suivre le rythme infernal imprimé par Loeb et Solberg. Grönholm, en tête du classement des conducteurs, n'a pas pris de risques après son accident de la veille (sortie de route dans l'ES4) mais revient tout de même aux portes du Top 10 (11e) grâce notamment à deux deuxièmes places (ES13, 14) et trois troisièmes (ES8, 9, 11).

En revanche, la première aventure mexicaine de Matthew Wilson (Ford Focus RS) a tourné au désastre après des débuts prometteurs (6e vendredi). A tout juste 19 ans, le Britannique a payé son inexpérience par une sortie de route après environ 4 km parcourus dans l'ES8.

0
0