Trois questions à Fréquelin

Trois questions à Fréquelin
Par Citroën Racing

Le 21/01/2004 à 09:00Mis à jour

Pas de susprise pour la nouvelle saison de WRC. Guy Fréquelin, le patron de Citroën Sport, place la barre encore plus haut : garder le titre mondial "Constructeurs" et conquérir celuis des "Pilotes".

Guy, comment s'est passée l'intersaison ?

Guy Fréquelin : Nous l'avons traversée sur les chapeaux de roue ! En 2003, nous avons couru au sprint notre premier marathon complet. Après une très brève coupure, nous voilà repartis sur le même rythme ! La campagne 2004, avec seize rallyes, promet d'être éprouvante. C'est un paramètre que nous prenons en compte. Nous organiser, doser nos efforts est indispensable, si nous voulons être performants tout au long du championnat. Nous devons jouer dans la durée. Le changement de réglementation en cours demande un certain nombre de précisions – flexi-service, 'remote tyres zones', entre autres, que nous espérons obtenir au plus tôt. En attendant, nous préparons plusieurs options, ce qui représente un surcroît de travail...

Au départ de ce Monte Carlo, Citroën représente la stabilité : même équipe, même voiture, même pilotes…

G.F. : Sans doute, mais sous cette stabilité il y a un travail de préparation aussi rigoureux que de coutume. Equipe, voiture et pilotes constituent un ensemble qui s'est montré performant sur ce rallye. Nous avons essayé d'affûter encore l'outil. Bien sûr, il y a chez nos concurrents quelques nouveautés, il peut y avoir des surprises. La compétitivité du trio Markko Märtin, Petter Solberg, Marcus Grönholm n'en sera pas une. Et la plus grande inconnue reste l'épreuve elle-même, difficile parce qu'aléatoire. Je la connais trop bien : je ne peux être serein en l'abordant ! Dans ce rallye, on passe en quelques mètres de l'adhérence de la Catalogne à celle de la Suède...Et l'on constate souvent que le choix pneus performant est aussi le choix à risques !

Le nouveau statut de Citroën ne vous laisse guère de choix en termes d'objectifs...

G.F. : C'est le doux revers de notre médaille. Citroën est champion du monde des "Constructeurs", souhaite conserver ce titre et espère conquérir le titre "Pilotes". Les résultats que nous avons obtenus à Monaco en 2002 et 2003 plaident en notre faveur. Tout cela nous oblige à être ambitieux, mais nous nous garderons bien d'être suffisants. Je suis toujours réservé au départ d'une épreuve, et je le suis encore plus lorsque cette épreuve est le Monte Carlo. Nous espérons nous battre pour la victoire, et si nous sommes à nouveau en position de l'atteindre, nous donnerons tout. Je l'ai déjà dit : plus que tout autre rallye, un Monte Carlo se mérite, il faut aller le chercher !

0
0