L'étape 1 de Citroën : Attaque du soir, espoir !

L'étape 1 de Citroën : Attaque du soir, espoir !
Par Citroën Racing

Le 24/01/2004 à 04:00Mis à jour

L'étape 1 du Rallye Monte Carlo a été un long round d'observation pour Sébastien Loeb (Citroën), qui a choisi son moment pour porter une attaque décisive, dans le dernier secteur chronométré de la journée.

Peu avant sept heures du matin, à l'heure d'opérer ce choix, le débat opposait le "G51", pneu étroit maxi neige, maxi clous, et le "D10" à sculpture lamellisée, plus large, équipé de deux rangées de clous. Pourquoi ce retour à l'avant-scène du maxi-neige, peu utilisé ces dernières années ? Parce qu'aux chutes de neige récentes s'était ajoutée une couche tombée dans la nuit. L'équipe ayant pesé le pour et le contre, les deux Xsara étaient équipées de "G51". A une minute de son départ de l'assistance, Sébastien Loeb décidait de troquer les siens contre des "D10". Superbe inspiration. Car avec l'annulation du premier passage dans le Col de Garcinets (ES1), il n'y avait plus photo : le "D10" devenait la monte idéale. Carlos Sainz resté en "G51" cédait 38 secondes. "Voilà un épisode typiquement Monte Carlo, philosophait le Madrilène. Mon choix pour la première boucle était-il le bon ? Nous ne le saurons jamais puisque l'annulation de l'ES1 l'a transformé en mauvaise option !"

"Nous sommes 'entrés dans le match' "

Pour la dernière séquence du jour, enchaînant "Laborel-L'Aubergerie" et "Rosans-L'Epine", nouveau débat. Fallait-il choisir le "TA" mixte, ou faire confiance au "D10". Les deux Xsara optèrent pour ce dernier, non clouté. Sur l'ensemble de la boucle, c'était le choix le plus performant, et "Seb" se portait en tête. Le jeune Alsacien, naturellement très satisfait, résumait ainsi sa journée : "Vu les conditions rencontrées en début d'étape, j'ai décidé d'être prudent. C'était très 'piègeux', et je voulais à tout prix éviter de faire une erreur. La route s'est ensuite modifiée, nous sommes 'entrés dans le match' progressivement, en prenant confiance et en haussant la cadence. Dans la dernière spéciale, j'étais parfaitement à l'aise avec ma Xsara, j'ai pu attaquer très fort...." Remonté au quatrième rang, Carlos Sainz est loin d'avoir abdiqué : "La voiture est parfaite et quand je repense à l'année dernière, je mesure à quel point je suis désormais totalement en phase avec elle. Il y a encore de bonnes choses à faire sur ce rallye..."

0
0