From Official Website

Loeb, champion sortant

Loeb, champion sortant
Par AFP

Le 21/01/2006 à 05:00Mis à jour

Onze pilotes chronométrés dans les deux premières spéciales, la troisième annulée, choix de pneus erronés et pour finir une rare sortie de route de Loeb (Citroën) et une casse moteur de Solberg (Subaru) : le Monte-Carlo a vécu un vendredi mouvementé.

Le Français Sébastien Loeb (Citroën Xsara), victime d'une sortie de route spectaculaire vendredi alors qu'il menait le rallye Monte-Carlo, a laissé les commandes au Finlandais Marcus Gronholm (Ford Focus), alors que le Norvégien Petter Solberg (Subaru Impreza) a abandonné. Loeb et son copilote monégasque, Daniel Elena, sont sortis indemnes de leur Xsara après une chute 10 mètres en contrebas de la route, 5,5 kilomètres après le départ de la 6ème et dernière épreuve spéciale de la 1re journée, prévue sur 23,22 km entre Pierlas et Ilonse.

La voiture du Français a pu être réparée dans les délais par les mécaniciens de Kronos et pourra prendre, samedi, le départ de la 2e étape à la 8e place du classement général. Elle a été révisée avant les 2h45 maximum autorisés et a gagné le parc fermé situé sur le port de Monaco en fin de soirée. "Je suis arrivé un peu vite sur un freinage humide qui glissait plus que prévu, dans un virage à gauche", a expliqué Loeb à son retour à Monaco. "Je me suis fait piéger, c'est dommage mais il faut l'accepter."

"C'est un rallye difficile. On ne lui en veut pas", a indiqué le patron de l'écurie belge Kronos, Marc Van Dalen, avant le retour de la Xsara sur une dépanneuse, opération supervisée par Elena.

Au moment de sa sortie de route, la deuxième d'affilée en deux rallyes, le double champion du monde en titre et triple vainqueur de l'épreuve (2003, 2004, 2005) avait accumulé une avance confortable de 1 minute 16 sec et 4/10 sur Gronholm.

Cette ES6 a aussi été fatale au Norvégien Petter Solberg, victime d'une défaillance de sa pompe à huile et d'une casse moteur qui a provoqué son abandon, annoncé en début de soirée.

Spéciale annulée

Favori logique de cette manche d'ouverture, Loeb avait d'abord marqué son territoire en remportant l'ES1, Saint-Sauveur sur Tinée-Beuil, qui passe par le fameux Col de la Couillole, en début de matinée. Il a récidivé sur le même parcours en début d'après-midi: meilleur temps de l'ES4 devant le Belge François Duval (Skoda Fabia).

Coéquipier de Loeb l'an dernier chez Citroën et vainqueur du rallye d'Australie, Duval a fait encore mieux dans l'ES5, signant le meilleur chrono entre Guillaumes et Valberg. Puis Gronholm a conclu la journée en beauté : scratch dans l'ES6 et première place provisoire, avec 1:23.7 d'avance sur le surprenant Australien Chris Atkinson (Subaru Impreza).

Atkinson dispute son premier Monte Carlo. Il emmènera samedi matin un peloton de chasse constitué du Finlandais Toni Gardemeister (Peugeot 307), 3e, du Français Gilles Panizzi (Skoda Fabia), 4e, et de l'Autrichien Manfred Stohl (Peugeot 307), 5e.

La journée s'est mal terminée pour Loeb et Solberg. Elle avait mal commencé pour 40 autres concurrents, bloqués par des camions alors qu'ils se rendaient à Saint-Sauveur-sur-Tinée pour prendre le départ de l'ES1. Onze concurrents seulement, dont les favoris, ont pu boucler les deux premières spéciales.

Devant l'impossibilité pour les 40 retardataires de se rendre à Pierlas pour participer à l'ES3, les organisateurs ont décidé de l'annuler. Les commissaires sportifs ont ensuite décidé de leur accorder un temps cumulé forfaitaire, celui de Solberg, pour l'ES1 et l'ES2.

0
0