Match à trois

Match à trois
Par AFP

Le 17/04/2004 à 13:30Mis à jour

Le leader du Rallye de Nouvelle-Zélande Petter Solberg (Subaru) a fait de la résistance face à Marcus Grönholm (Peugeot) et Markko Märtin (Ford), qui se sont partagés six des huit scratches lors de l'étape 2, samedi. Comme le champion du monde en titre, S

Si Petter Solberg était parvenu à résister aux assauts de ses principaux rivaux, Marcus Gronholm (Peugeot 307) et Markko Martin (Ford Focus), il n'en avait pas moins cédé du terrain et vu son avance fondre dangereusement. "Cela a été une dure journée, reconnaissait le champion du monde en titre. Je reste néanmoins confiant parce que la (dernière) journée démarrera très tôt et il n'y aura pas le problème d'opter pour des pneus trop tendres. Et les spéciales au sud d'Auckland seront différentes..."

Martin à l'attaque

"Une victoire semble probablement irréaliste... mais pas impossible, estimait Martin. Toutefois les spéciales de dimanche sont assez étroites et je ne les ai couvertes qu'une seule fois en 2002. Je ne m'en souviens pas très bien. Cela devrait donner un avantage à Marcus." "Gronholm et Martin sont incroyables. Ils donnent vraiment l'impression d'aller très vite", s'émerveillait Guy Fréquelin, le patron de Citroën Sport, observateur critique et intéressé.

Premier scratch pour Loeb

Du coup, le pilote de la Xsara pouvait espérer se rapprocher de la tête, déloger Harri Rovanpera de la 4e place à laquelle ce dernier était tombé après avoir été un instant leader de l'épreuve vendredi. "Je n'étais pas très en confiance le matin à cause du gravier épais sur la route. Il aurait été facile de sortir, expliquait Rovanpera. Je ne veux pas prendre de risque inutile, le plus important étant de terminer le rallye en bonne position."

0
0