Une pierre très mal placée a mis fin aux espoirs du Finlandais Marcus Grönholm (Ford Focus RS) de remporter le rallye d'Italie, samedi matin près d'Olbia, et permis au Français Sébastien Loeb (Citroën Xsara) de s'installer en tête, avec une grosse marge de sécurité.
"En plein freinage dans un virage à gauche, il y avait un gros caillou sur la trajectoire, je ne l'ai pas vu, je ne savais pas qu'il était là et on a tapé très fort, a raconté Grönholm. On a continué pendant quelques kilomètres, ça allait, et puis le témoin de pression d'huile s'est allumé et je me suis arrêté pour éviter de casser le moteur."
Rallye d'Italie
Elena déjà titré
22/05/2006 À 13:11
"Ça a vraiment tapé très fort, et juste à l'endroit où il ne fallait pas : un espace de quelques centimètres au bout du protège-carter, une pièce d'aluminium de 6 mm d'épaisseur qui, en se tordant, est venue couper un tuyau d'huile", a expliqué ensuite Christian Loriaux, l'ingénieur belge de Grönholm.
Loeb aussi a heurté cette pierre, au kilomètre 23,3 de l'ES8 (Monte Lerno, 31,2 km), selon son copilote Daniel Elena. Lui aussi a entendu un grand bruit, une traverse a même plié à l'avant-gauche de sa Xsara, mais le coup n'a pas été fatal. Le leader du Championnat du monde est donc rentré sans encombre à Olbia pour la pause de midi.
Deux minutes d'avance
Au moment du choc, Grönholm, en tête depuis le départ, possédait plus de 40 secondes d'avance sur Loeb. Soit les 35 secondes de samedi matin au départ de la 2e journée, plus une seconde glanée en faisant le meilleur temps dans l'ES7 (Loelle, 25,2 km), devant Loeb, et encore cinq secondes dans la première partie de l'ES8, la plus longue du rallye.
Une heure plus tard, sur le port d'Olbia, Loeb avait course gagnée : près de deux minutes d'avance sur un autre Finlandais, le jeune Mikko Hirvonen (Ford Focus RS), qui n'allait pas contester sa suprématie. "Mikko est encore jeune, nous n'allons pas lui demander d'aller chercher Sébastien", a dit Malcolm Wilson, le team-manager de Ford, coupant court au suspense éventuel.
Hirvonen venait de recevoir un avertissement sans frais : tête-à-queue à un km de la fin de l'ES9 (Su Filigosu, 12,2 km) et retour au port avec une roue arrière droite penchée. En fin de journée, il était toujours deuxième, à 2 minutes 17 secondes de Loeb. Et 39 secondes derrière Hirvonen pointait le jeune Espagnol Dani Sordo (Citroën Xsara), au terme d'une bagarre acharnée avec Gigi Galli (Peugeot 307).
L'Italien, radiateur crevé, pointait en retard au parc fermé et écopait de cinq minutes forfaitaires de pénalité. Il rétrogradait ainsi de la 4e à la 10e place, en attendant de savoir s'il repartirait dimanche matin. "L'écart avec Hirvonen est important, ça nous permet de rouler en prenant moins de risques", disait Loeb avant de repartir pour la deuxième boucle de la journée. Du coup, Petter Solberg (Subaru Impreza), largué au classement, a fait le meilleur chrono dans l'ES10, puis tout est rentré dans l'ordre: meilleur temps pour l'ogre Loeb dans l'ES11 puis l'ES12. La routine.
Rallye d'Italie
Insatiable Loeb
21/05/2006 À 21:00
Rallye d'Italie
Etape 3 : déclarations
21/05/2006 À 20:50