Citroën Communication

Loeb à qui gagne perd

Loeb à qui gagne perd
Par AFP

Le 19/06/2011 à 09:08Mis à jour Le 19/06/2011 à 10:51

Sébastien Loeb (Citroën WRT) s'est fait piéger dans la dernière spéciale, samedi. L'as alsacien a fini l'étape 2 en leader sans avoir eu connaissance des splits de Sébastien Ogier (Citroën WRT). Il sera le premier sur la route dimanche.

Sébastien Loeb (Citroën WRT) était en tête du rallye de Grèce, 7e manche du championnat du monde, samedi soir à Loutraki, avec 2.2 sec d'avance sur "l'autre" Sébastien, Ogier, qui a attaqué toute la journée... et ralenti à la fin. "C'est plutôt une belle journée, je suis très content de ce qu'on a fait aujourd'hui, les écarts ne sont pas énormes et rien n'est joué", a d'abord dit Ogier avant l'ES13, disputée en soirée. Le jeune coéquipier de Loeb, sur l'autre DS3 de Citroën WRT, venait de signer quatre temps scratch dans les six premières épreuves spéciales de cette 2e journée (ES7 à ES9, puis ES12). Puis, il a changé son fusil d'épaule, dans l'ES13. "On a fait ce qu'on a pu, mais il y avait beaucoup de poussière et au vu des écarts, ça ne valait pas le coup de rester devant, alors on a décidé de reculer. Il va falloir se battre jusqu'au bout, mais tout est encore jouable", a ensuite plaidé Ogier à sa descente de voiture, de retour au parc d'assistance.

Citroën Communication

Pas de cadeau entre les deux "Seb"

"Il a fallu attaquer fort toute la journée, la voiture et les pneus ont bien fonctionné. Je suis obligé de rouler libéré, parce que ça roule vraiment fort, j'ai juste assuré un petit peu dans les portions les plus cassantes. La bonne nouvelle, c'est qu'on a repris tout le retard qu'on avait hier soir sur Solberg", a d'abord dit Loeb.

Samedi soir, les pessimistes estimaient que Citroën avait offert sur un plateau la victoire à Petter Solberg ou Mikko Hirvonen (Ford WRT), respectivement 3e et 4e à une vingtaine de secondes, et qui seront mieux placés dimanche dans les cinq dernières spéciales (ES14 à ES18) du rallye, soit 65 km chronométrés. Quant aux optimistes, ils espéraient qu'entre les deux Sébastien, séparés par 30 points au championnat, il y aurait à nouveau un combat loyal, sans intox, en dépit du facteur balayage. "Ça va dépendre du balayage, c'est clair", a dit un Loeb de fort méchante humeur, après l'ES13, puis il est allé se réfugier dans la structure Citroën.

Citroën Communication

Derrière le quatuor de tête, il y a un gouffre. Henning Solberg (Ford Stobart), le frère de Petter, pointe à quatre minutes, Matthew Wilson (Ford M-Sport), le fils de Malcolm, à cinq minutes et demie, et Kimi Räikkönen (Citroën Ice 1), champion du monde de F1 en 2007, à près de sept minutes, sous la menace de son compatriote Juho Hanninen (Skoda).

0
0