La surprise Duval

La surprise Duval
Par Eurosport

Le 18/08/2007 à 09:05Mis à jour

Le Belge François Duval (Citroën Xsara Kronos) termine la 1ère journée en tête devant Sébastien Loeb (Citroën C4 WRT) à une seconde.

Le Belge François Duval (Citroën Xsara) est en tête du rallye d'Allemagne au terme de la 1re étape, vendredi soir à Trèves, devant le Français Sébastien Loeb (Citroën C4), 2e à 1.3 seconde, et le Finlandais Marcus Grönholm (Ford Focus), 3e à 17.4 secondes. Parti en 17e position le matin, dans sa vieille Xsara jaune aux couleurs du Royal Automobile Club de Belgique, Duval, 26 ans, a signé deux meilleurs temps sur six (ES3, ES5) et pris la tête après l'ES6, par une marge dérisoire mais excellente pour l'intérêt du rallye.

"C'est incroyable d'être en tête, surtout à cause de ma position sur la route. C'était très sale et piégeux après le passage des premiers concurrents", a expliqué Duval. " Je suis surpris, mais j'aime ce rallye et je me sens bien dans la Xsara, alors j'arrive à bien attaquer", a ajouté le Belge, accueilli par un concert de cornes de brume à son retour au parc d'assistance de Trèves. "Je me sers de mon expérience de la course et je lui ai dit de se faire plaisir. On verra dimanche si c'est la bonne approche", a expliqué le patron de Kronos, Marc van Dalen, ravi aussi de voir que "Kronos est à nouveau en tête d'un rallye, comme l'an dernier avec Loeb", sacré champion du monde grâce à l'écurie belge en 2006.

"Si Duval est devant, ce sera un adversaire, et s'il est derrière ce sera un allié" dans la bagarre contre les Ford, souriait Loeb à midi, alors que le triple champion du monde français, invaincu en Allemagne depuis 2002, menait le bal grâce à deux temps scratch dans l'ES1 et l'ES2.

Grönholm à l'affût

"Duval en tête, ce n'est pas une surprise, car on sait que sur ce rallye c'est un client. Je suis content de ma deuxième place car j'aurais pu perdre beaucoup plus de temps", a ajouté Loeb en fin d'étape, avec une explication à la clé: un choix de pneus trop tendres pour la 2e boucle de trois spéciales, car le Français avait misé sur la pluie... qui n'est pas tombée. Quoi qu'il arrive samedi, Duval a déjà frappé un grand coup. Ce n'est que son deuxième rallye de la saison, après un court passage en Grèce dans une Skoda Fabia. Et dans ce rallye qu'il a déjà terminé deux fois deuxième (2004, 2005), l'ex-pilote d'usine Ford et Citroën, alors futur grand espoir du rallye mondial, a montré qu'il n'était pas engourdi par huit mois de chômage.

Derrière Duval et Loeb, la troisième place sur le podium provisoire était occupée vendredi soir par le leader finlandais du championnat du monde, Marcus Grönholm, sur sa Ford Focus, mais plus par l'Espagnol Dani Sordo (Citroën C4), victime d'un problème moteur l'ayant obligé à s'arrêter dans l'ES6. "A part la première spéciale, la journée s'est bien passée ", a dit Grönholm, qui avait perdu 10 secondes d'un seul coup, dans l'ES1, à cause d'une petite perte de contrôle et de confiance, au réveil. Le double champion du monde, qui vient de remporter les trois derniers rallyes, s'est bien repris et a limité les dégâts dans les spéciales suivantes, remontant de la 7e à la 3e place.

La 2e étape s'annonçait palpitante, car Loeb a besoin d'un maximum de points pour revenir sur Grönholm, et Duval a besoin d'une victoire pour remettre sa carrière sur des rails. Pour les départager, il y aura huit spéciales, dont deux passages dans le camp militaire de Baumholder. Ca va être la guerre !

0
0