Sur les terres de Loeb

Sur les terres de Loeb
Par Eurosport

Le 16/08/2007 à 17:00Mis à jour

Le rallye d'Allemagne est au programme depuis cinq ans et n'a connu qu'un seul vainqueur: Sébastien Loeb. La passe de six?

Invaincu au rallye d'Allemagne depuis cinq ans, le triple champion du monde français, Sébastien Loeb (Citroën C4), va tenter de renouer avec la victoire dans son rallye préféré, à partir de vendredi autour de Trèves, ville universitaire toute proche du Luxembourg.

Pour cette 10e manche du Championnat du monde des rallyes (WRC), Loeb retrouve un asphalte qu'il connaît bien -5 victoires consécutives depuis 2002- sur les bords de la Moselle, tout près de l'Alsace où il est né et où "Seb" a fait ses premières armes de rallyman à la fin des années 90. La grande particularité de ce rallye, c'est de proposer trois terrains de jeu bien différents: un labyrinthe de routes étroites, avec de nombreuses épingles dans les vignes des côteaux de Moselle, un cocktail de poussière et de béton dans le camp militaire de Baumholder où des "hinkelstein" (menhirs) servent habituellement à arrêter les chars, et des routes glissantes et rapides, bordées d'arbres, dans le Saarland.

"L'association des surfaces variées et de la météo capricieuse rend ce rallye compliqué, mais intéressant", explique Xavier Mestelan-Pinon, responsable technique de Citroën Sport. "Pour que nos équipages puissent être constamment performants, nous définissons avec eux des réglages passe-partout, offrant le meilleur compromis". Parmi tous les prétendants qui souhaitent détrôner le Kaiser Loeb sur ses terres annexes de Rhénanie-Palatinat, le plus dangereux est Marcus Grönholm (Ford Focus), le roi de Finlande, qui reste sur trois victoires consécutives en WRC (Sardaigne, Grèce, Finlande) et compte 13 points d'avance sur le Français à sept rallyes de la fin de saison.

Duval sur le podium ?

Grönholm est monté quatre fois sur le podium en cinq rallyes d'Allemagne: "C'est l'un des rallyes les plus difficiles de la saison", reconnaît-il, "les spéciales ne sont pas faciles et la météo joue souvent un rôle déterminant. Elle est imprévisible et si un pilote n'a pas les bons pneus quand il se met à pleuvoir, c'est le résultat du rallye qui se joue en quelques minutes". Avec 75 points au compteur, sur 90 possibles, et quatre victoires cette saison dont trois d'affilée, comme Loeb, Grönholm est désormais le favori pour le titre, surtout depuis que les qualités de la nouvelle Focus WRC07 ont éclaté au grand jour sur les pistes finlandaises. C'est l'atout majeur du double champion du monde dans sa quête d'une troisième couronne.

Pour troubler le jeu en Allemagne, Loeb compte avant tout sur son coéquipier espagnol, Dani Sordo, spécialiste de l'asphalte, comme lui, et que Mikko Hirvonen, le lieutenant de Grönholm, a désigné comme cible pour cette fin de saison. Si les conditions météo sont mauvaises ou, bien pire, incertaines pendant tout le week-end, "ce sera une loterie", résume Guy Fréquelin, le patron de Citroën Sport. Et à la loterie allemande, un autre pilote est capable de tirer le bon numéro: le Belge François Duval qui retrouve, chez ses compatriotes de Kronos, le volant d'une Citroën Xsara.

C'est dans une Xsara que Duval, 26 ans, a gagné sur la terre d'Australie, fin 2005, en profitant d'une hécatombe des favoris. Depuis, le fantasque François a perdu son job de pilote d'usine chez Citroën et végété dans une modeste Skoda Fabia. Au temps de sa splendeur, il a terminé deux fois 2e en Allemagne, en 2004, sur Ford, et 2005, sur Citroën. A chaque fois, c'était derrière Loeb.

0
0