Trêves verbatim

Trêves verbatim
Par Eurosport

Le 13/08/2010 à 18:04Mis à jour Le 18/08/2010 à 12:14

Voici ce qu'ont dit les protagonistes du championnat du monde WRC avant le Rallye d'Allemagne, 9e manche de la saison 2010.

Sébastien Loeb (Citroën WRT) : "Je me suis toujours bien senti sur ce rallye et cela m'a toujours bien réussi. Une huitième victoire consécutive en Allemagne est évidemment mon objectif. Mais trois autres très bons pilotes disposent aussi d'une C4 WRC, la meilleure voiture actuelle. Cela veut dire qu'il faudra se battre au volant pour les devancer ! C'est un rallye intéressant, car les trois étapes sont très différentes. Les spéciales des vignes mosellanes n'ont rien à voir avec celles du camp militaire de Baumholder. Si la météo s'en mêle, comme c'est souvent le cas, cela promet une course animée et incertaine."

Dani Sordo (Citroën WRT) : "Ce n'est pas une décision prise sur un coup de tête (ndlr : remplacer son copilote Marc Marti par Diego Vallejo), mais je suis arrivé à la conclusion qu'il fallait que je change certaines choses pour progresser. Marc m'a beaucoup apporté au cours des six dernières saisons et nous nous quittons bons amis. Avec Diego, nous nous connaissons depuis longtemps, nous sommes sur la même longueur d'ondes et je pense que nous allons travailler dans la sérénité. Il va découvrir le Rallye d'Allemagne, mais je ne pense pas qu'il s'agisse du rallye le plus compliqué pour un copilote. Comme en Bulgarie, j'essaierai de marquer un maximum de points pour Citroën. Ce ne sera pas facile, il faudra notamment se méfier de la spéciale de 47 km tracée dans le camp militaire. Ce sera très exigeant pour les pneumatiques et il faudra adopter le bon rythme pour ne pas crever…"

Sébastien Ogier (Citroën Junior) : "Nous allons essayer de nous accrocher à cette 2e place. Ce serait un grand résultat de terminer vice-champions du monde. Nous sommes plutôt bien partis. Il reste plusieurs rallyes asphalte sur lesquels nous devrions être en mesure de prendre le dessus sur Jari-Matti Latvala qui nous suit au championnat (…) Nous savons que ce sera beaucoup plus difficile que lors des derniers rallyes. L'objectif reste d'acquérir de l'expérience avec beaucoup d'humilité. C'est une épreuve que nous ne connaissons pas beaucoup puisque nous ne l'avons fait qu'une seule fois en C2 Super 1600. Au volant de la C4 WRC, les choses seront complètement différentes. Le parcours du Rallye d'Allemagne est très particulier avec une spéciale qui sort de l'ordinaire. Samedi, nous passerons à deux reprises dans un camp militaire pour un chrono de près de cinquante kilomètres qui devrait être le juge de paix du rallye. Généralement, il y a de nombreux changements d'adhérence. Il faut être très précis dans les notes et bien travailler avec les ouvreurs. L'objectif est d'essayer d'être au bout sans faire d'erreur pour espérer se rapprocher des performances de Sébastien Loeb, qui fait figure du gardien du temple en Allemagne !"

Kimi Räikkönen (Citroën Junior) : "Ce sera encore une toute nouvelle épreuve pour moi. Lors de mon premier rallye sur asphalte avec la Citroën C4 WRC, j'avais de bonnes sensations. Le plus important est de m'habituer au pilotage d'une WRC sur cette surface. De part mes expériences passées, j'ai la sensation que le pilotage sur asphalte est plus naturel même si, encore une fois, le pilotage en rallye est une discipline totalement différente du pilotage sur circuit."

Jari-Matti Latvala (Ford WRT) : "On coupe beaucoup dans les virages et les routes sont donc sales, ce qui altère ma confiance car le niveau de grip change souvent.  C'est la raison pour laquelle cela a toujours été une épreuve difficile pour moi. Par le passé, j'ai fait de bons chronos dans Baumholder car justement on ne peut pas couper dans les cirages et je préfère les sections larges, rapides du camp militaire."

Mikko Hirvonen (Ford WRT) : "J'ai une relation d'amour/haine avec ce rallye !  Quand c'est sec, les spéciales sont sympa mais quand c'est mouillé, les routes sont très piégeuses avec toute cette boue et ces falques d'eau partout.  Des trois terrains empruntés en Allemagne, je préfère les vignes.  Il y a un grip fantastique, les spéciales ne sont pas très techniques et on peut aller assez vite. Les spéciales du camp de Baumholder sont un challenge unique.  La surface est tout le temps difficile, c'est très piégeur et la route est bosselée, ce qui veut dire que le set-up joue un rôle crucial. Je veux me battre pour podium."

François Duval (Ford Stobart) : "J'ai eu l'occasion de reprendre le volant de la Ford la semaine dernière (ndlr : test le 13/08 dans les environs de Saint-Dié-des- Vosges), sur une base en Alsace qui était un peu trop rectiligne à mon goût, mais qui m'a permis de constater que cette voiture n'a plus vraiment évolué depuis 2008. Là-bas, nous avons accumulé 250 kilomètres de tests, avant de rouler dimanche sur un terrain militaire. Une nouvelle séance d'essais devait avoir lieu ce lundi, mais elle a été annulée. Je vais donc mettre le début du rallye à profit pour retrouver mes marques, un bon rythme, et m'adapter aux notes. J'espère dès lors rouler dans le top 6, ce qui promet de ne pas être simple. On sait en effet que les Citroën sont rapides en Allemagne, et il y en a trois, peut-être quatre, qui vont jouer devant. Lors de ma dernière visite au Deutschland, Mikko Hirvonen était aussi vite que moi, et depuis lors, il n'a jamais quitté le baquet de la Ford. Quant à Jari-Matti Latvala, il est dans une spirale positive. Même si le parcours est assez semblable à ce qu'on connaît en Belgique, les places vont être chères dès vendredi. Il y aura néanmoins des nouvelles spéciales, que tous les concurrents aborderont sur un pied d'égalité. Mais il va falloir s'accrocher…"

0
0