"Nous allons faire quelque chose"

"Nous allons faire quelque chose"
Par Eurosport

Le 27/08/2011 à 17:24Mis à jour Le 27/08/2011 à 17:47

Les multiples crevaisons ayant touché les pilotes au Rallye d'Allemagne ont contraint Michelin à prendre des mesures pour éviter que cela ne se reproduise. Seront-elles suffisantes ? Nicolas Goubert, directeur adjoint de la compétition du manufacturier clermontois, ne peut le garantir.

"Il y a eu un nombre conséquent de crevaisons, une vingtaine pour les pilotes sur des WRC. Nous allons faire quelque chose." Chez Michelin, les conclusions du Rallye d'Allemagne n'ont fait sourire personne. Et surtout pas Nicolas Goubert, le directeur adjoint de Michelin Compétition. Il faut dire que plusieurs pilotes et non des moindres ont été pénalisés par un problème de pneumatiques.

Sébastien Loeb (Citroën WRT), le premier, a été contraint de lâcher le commandement à son équipier Sébastien Ogier à cause d'un problème de ce type. L'Alsacien n'a pas non plus été le plus pénalisé. "Trois pilotes cumulent 50% des crevaisons : Petter Solberg (Citroën Solberg), Kris Meeke (Mini WRT) et Jari-Matti Latvala (Ford WRT)", reconnait le directeur technique. Le Norvégien a cumulé à lui seul quatre crevaisons le samedi. Beaucoup trop.      

Citroën Racing

"Sordo ne crève pas, Meeke crève énormément"

Pressé par les équipes et les pilotes, notamment Sébastien Loeb, d'améliorer ses produits, Michelin promet des corrections pour... 2012 et le prochain Rallye d'Allemagne. "Ce qui est déjà acté, c'est que nous arriverons avec des solutions qui puissent résister mêmes aux sollicitations des 'spécialistes' de la crevaison comme Solberg, Meeke ou Latvala", avance M. Goubert. Et avant ? "Non. Le règlement est strict là-dessus. Nous disposions d'un joker pour renforcer le pneu terre ou asphalte. Nous l'avons déjà utilisé pour le pneu terre", poursuit-il.

Alors, en attendant la saison prochaine, Michelin n'a pas d'autres choix que de faire des recommandations à ses clients.  "Il y a deux ou trois consignes que l'on peut passer pour limiter le risque de crevaison", avance le représentant de Bibendum. "Pour les rallyes asphaltes restants, France et Espagne notamment, on a demandé à la FIA à ce que les portions ‘terre’ soient limitées afin d'éviter tout risque. Nous souhaiterions avoir des spéciales 100 pour cent asphalte. J'ai bon espoir pour le Rallye de France qu'il n'y ait pas de portions terre, a-t-il commencé. Nous avons également sensibilisé les équipes sur le pilotage. Par exemple chez Mini, on voit que Dani Sordo ne crève pas alors que Kris Meeke crève énormément. Le pilote ne va pas changer sa manière de conduire mais le copilote peut modifier la prise de notes. Une autre solution consiste aussi à augmenter un peu la pression des pneus pour diminuer les risques s'il y a des pierres."

Toutes ces recommandations seront-elles suffisantes ? "Je n'ai pas de garanties, conclut Nicolas Goubert. Si les pilotes coupent trop les cordes et qu'il y a des pierres... En revanche, s'ils prennent quelques précautions, il n'y aura plus de crevaison." Les pilotes sont prévenus.

0
0