From Official Website

Etape 1 : déclarations

Etape 1 : déclarations
Par Eurosport

Le 28/03/2008 à 23:50Mis à jour

Impressions recueillies à l'issue de l'étape 1 du Rallye d'Argentine, vendredi.

Sébastien Loeb (Citroën C4 WRT, leader) : "On se serait plutôt cru au Pays de Galles, en décembre ! Comme souvent sur ce terrain, cela n'a pas été facile. Au cours de la boucle matinale, nous avons dû nous méfier, car les ES1 et ES2 étaient noyées dans le brouillard. On n'y voyait qu'à quelques mètres ! Les fortes pluies avaient également rendu les chemins de terre très glissants avec d'incessants changements d'adhérence. Au rythme rapide où nous roulions, il était facile de faire une faute et j'ai été content de revenir à l'assistance en ayant juste effectué un petit tête-à-queue et une touchette contre un poteau. Le changement de set up a été efficace (ndlr : pour les seconds passages). Disposant d'une avance raisonnable, nous avons adopté un rythme un peu moins élevé. Je suis satisfait de cette première étape, mais le rallye est loin d'être terminé. Beaucoup de choses peuvent encore se produire. Les pièges à franchir demeurent nombreux jusqu'à dimanche après-midi".

Dani Sordo (Citroën C4 WRT, 5e) : "C'était effectivement très piégeur. En nous élançant 9e sur la route ce matin, nous avons été obligés d'utiliser les rails creusés dans la boue par les concurrents partis devant nous. Sur cette surface meuble à l'adhérence nulle, c'était extrêmement pénalisant. Je suis cependant satisfait de mes performances, comme ce deuxième temps dans l'ES4 que je découvrais. Les réglages définis avec l'équipe technique pour l'après-midi nous ont permis de disposer d'une C4 très performante. Nous étions à la lutte pour le podium lorsqu'un souci de direction assistée nous a ralentis dans l'ES8. Il reste deux jours pour réussir à refaire notre retard et accéder à cette place".

Olivier Quesnel (Citroën WRT, directeur) : "C'est une bonne journée pour l'ensemble de l'équipe Citroën Sport. Sébastien et Daniel ont su déjouer les pièges pour s'emparer du commandement et creuser un écart intéressant pour la suite du week-end. Dani et Marc ont aussi signé une solide performance. Ils ont progressivement haussé le rythme, se sont rapprochés du podium avant leur problème dans l'ES8. Rien n'est perdu pour eux. Ils peuvent encore prétendre décrocher ce résultat. Si, pour le moment, la situation est favorable pour Citroën, deux jours de course sont encore à venir… alors, prudence..."

Gigi Galli (Ford Focus Stobart, 4e) : "Les deux premières spéciales ont été les plus dures que j'ai jamais vues. Il y avait un brouillard incroyable. Je suis très content de mes chronos de l'après-midi. Ce fût une sensation géniale de faire déjà un scratch sur la terre avec la Focus".

Matthew Wilson (Ford Focus Stobart, 7e) : "Je suis content de me retrouver dans les points après cette journée bien remplie. Les deux premières spéciales du jour ont été incroyablement piégieuses. Mais nous les avons traversées et nous avons commencé à faire des chronos corrects sur le sec, l'après-midi. J'ai heurté une énorme pierre dans l'ES5 5, nous nous sommes retrouvés sur deux roues et j'ai pensé que la voiture allait se retourner, mais par chance elle est retombée sur ses roues avec des dommages seulement cosmétiques".

Henning Solberg (Ford Focus Stobart, abandon ES5 - accident) : "J'ai tapé une pierre à l'intérieur d'un virage à droite et cassé ma suspension droite".

Jari-Matti Latvala (Ford Focus WRT, 8e) : "Nous sommes sortis de la route et nous avons fait un tonneau un kilomètre environ après le départ. Les spectateurs nous ont aidés à dégager notre voiture qui était bloquée contre un petit arbre puis à la remettre sur ses roues avant de trouver un passage pour revenir sur la route. Il n'y avait pas beaucoup de dégâts, juste un pare-brise fendu et des chocs de carrosserie (…) Ma cadence était bonne mais j'ai juste besoin d'oublier mes erreurs".

Mikko Hirvonen (Ford Focus WRT, abandon - sortie de piste ES5) : "J"ai heurté un rocher dans un virage gauche. Cette pierre est sortie de terre après le premier passage des voitures ce matin et elle ne figurait donc pas dans mes notes. J"ai joué de malchance et je suis très déçu".

Malcolm Wilson (Ford WRT, directeur) : "Nous avons sans doute vécu la journée de course la plus difficile depuis les débuts de la Focus RS en Finlande en août dernier. Nous étions dans une position incroyable après la première spéciale avant de perdre notre avantage. Mais la Ford RS a remporté six des neuf épreuves spéciales ce qui est une statistique significative".

0
0