From Official Website

Loeb tranquille

Loeb tranquille
Par AFP

Le 28/03/2008 à 19:15Mis à jour

Débarrassé de Mikko Hirvonen et Jari-Matti Latvala (Ford WRT), fautifs, Sébastien Loeb (Citroën WRT) a patronné la première journée argentine.

A la pause de la mi-journée, Hirvonen devançait Loeb de 50 secondes, le Français ayant avoué un "petit tête à queue" sans grandes conséquences -"5 secondes"- dans l'ES1, puis "roulé très fort" tout le reste de la matinée pour tenter d'aller chercher Hirvonen, a-t-il expliqué à midi.

Les conditions météo étaient très mauvaises d'abord, pluie et brouillard dans les deux premières spéciales, un peu comme un rallye de Grande-Bretagne en décembre, puis très différentes dans les deux suivantes car la piste était sèche : "On avait l'impression de changer de rallye", a dit Loeb. Le premier à se faire piéger a été Latvala, dès l'ES2. "J'ai fait une erreur, ce sont des choses qui arrivent", a-t-il sobrement commenté au point stop suivant. Le jeune Finlandais a perdu neuf minutes mais les spectateurs argentins l'ont aidé à remettre la Focus sur ses roues et il est sorti de la spéciale.

Malgré un pare-brise cassé, il s'est vengé aussitôt en faisant le meilleur temps dans l'ES3 pour entamer sa remontée au classement. En fin de journée, il était revenu dans le Top 8 mais toujours très loin de Loeb, à neuf minutes, malgré deux autres temps scratch (ES6, ES8).

Deux Subaru en embuscade

Deuxième au Mexique, derrière Loeb, Chris Atkinson s'est installé d'emblée sur le podium provisoire, suivi par Petter Solberg sur l'autre Subaru Impreza. Les deux larrons ont profité au mieux des déboires des Ford officielles, et comme souvent ces derniers mois l'Australien a été plus performant que le champion du monde 2003, ralenti par un amortisseur cassé dans l'ES7.

Les deux autres grands perdants de la journée, en plus d'Hirvonen et Latvala, ont été les pilotes Suzuki. Per Gunnar Andersson n'est même pas arrivé jusqu'au départ de la première spéciale, sa SX4 refusant d'avancer normalement, alors que Toni Gardemeister s'est sorti dans l'ES8, perdant tout le bénéfice d'une journée plutôt consistante.

Le dernier chrono du jour, une super-spéciale de 1,78 km à l'ombre du stade de football de Cordoba, devant des milliers de spectateurs enthousiastes, n'a rien changé à l'affaire. Atkinson a fait le meilleur temps, pour le plaisir, et Loeb est rentré au parc d'assistance très satisfait de la tournure prise par cette première journée.

Invaincu en Argentine depuis 2005, le quadruple champion du monde savait aussi qu'il lui restait encore plus de 1000 km de course, dont 200 km chronométrés et bien piégeux, avant de monter peut-être sur le podium de dimanche à Cordoba.

0
0