Citroën Communication

Etape 1 : déclarations

Etape 1 : déclarations
Par Eurosport

Le 25/04/2009 à 08:00Mis à jour

Voici ce qu'ont déclaré les principaux protagonistes à l'arrivée de la première étape du Rallye d'Argentine, vendredi.

Dani Sordo (Citroën WRT, leader) : "Comme au Portugal j'apprécie de me retrouver dans une bagarre avec plusieurs pilotes en lice pour la première place. Globalement j'ai très bien conduit, même si je perds un peu de temps dans les ES4 et 5. Il y avait des portions extrêmement rapides dans lesquelles j'ai sans doute un peu trop levé le pied. Je ne boude surtout pas mon plaisir d'être en tête du Rallye d'Argentine. Les supporters sont encore plus déchainés que d'habitude ! Je sais que j'aurai une tâche difficile samedi, mais le rallye n'est jamais facile. Je n'aurai pas d'autre alternative que d'attaquer".

Sébastien Loeb (Citroën WRT, 3e) : "Le balayage est plus ou moins handicapant selon les secteurs. Après les deux premières spéciales (ES2 et 3), nous avons changé les réglages de différentiel et j'ai modifié mon style de pilotage. Ici, il ne faut pas hésiter à se lâcher et à faire glisser la voiture plus que de coutume. Cela n'est pas seulement bénéfique pour les spectateurs : c'est aussi payant sur le plan chronométrique. J'ai attaqué toute la journée pour finalement lâcher ces précieuses secondes dans deux épingles. Seize secondes de retard, ce n'est pas insurmontable mais c'est plus que ce que secondes de retard, ce n'est pas insurmontable mais c'est plus que ce que j'aurais voulu".

Mikko Hirvonen (Ford WRT, 2e) : "J'aurais peut-être pu aller plus vite en début d'étape mais j'ai préféré ralentir pour éviter les pierres qui étaient nombreuses dans les deux premières spéciales. La voiture a d'ailleurs subi de gros chocs mais elle s'est montrée assez solide pour les supporter. Je n'ai pas attaqué très fort (l'après-midi) car les routes étaient cassantes et je voulais préserver ma voiture. Comme tous les autres pilotes, nous n'étions pas informés de nos temps partiels en raison d'un problème et j'ai donc essayé de rouler à un bon rythme. Compte tenu du profil des spéciales, je ne pense pas que les positions sur la route joueront un rôle décisif samedi".

Jari-Matti Latvala (Ford WRT, 6e) : "La prudence s'imposait (ndlr : après l'accident au Portugal). Quand j'ai vu que j'avais signé le meilleur temps dans l'ES2, j'ai volontairement réduit la cadence ensuite. Je vise une 3e ou une 4e place dans ce rallye. Je sais que je pourrais aller plus vite mais ce n'est pas le moment de le faire (…) Le pneu arrière droit de la voiture s'est abimé à la réception d'un saut abordé trop fort (ES6). Ensuite, quelque chose a bloqué le système de refroidissement. La température de l'eau est montée à 115° et j'ai donc ralenti. Le terrain était particulièrement cassant ce vendredi avec énormément de pierres qui tapaient contre le carter de protection. Je n'avais pas d'appréhension après mon accident subi au Portugal mais j'ai eu du mal à trouver le bon rythme. J'ai changé mon système de notes en les simplifiant et cela a donné de bons résultats".

0
0