Ford WRT

Latvala, l'échappée belle

Latvala, l'échappée belle
Par Eurosport

Le 27/05/2011 à 22:58Mis à jour Le 27/05/2011 à 23:23

Auteur de quatre des six temps scratches de la journée, Jari-Matti Latvala (Ford) a conclu en tête la première étape du Rallye d'Argentine, vendredi. Le Finlandais possède 18.2 sec d'avance sur Petter Solberg (Citroën). Sébastien Loeb (Citroën) est relégué à plus d'une minute trente secondes.

Sur les pistes argentines autour de Villa Carlos Paz, Jari-Matti Latvala (Ford WRT) a laissé peu de place à ses adversaires, vendredi. Profitant d'une position favorable (4e), le Finlandais a attaqué toute la journée pour creuser un écart important. A l'issue de l'étape 1, il devance Petter Solberg (Citroën Solberg) de 18.2 sec et Sébastien Ogier (Citroën WRT) de 28.8 sec. Mikko Hirvonen (Ford WRT) est relégué à 43.5 sec et Sébastien Loeb (Citroën WRT) au delà de la minute trente.

Cette avance n'est toutefois pas si importante que ça si l'on considère qu'il devra ouvrir la route, ou plutôt la piste, samedi. Et au regard des conditions de balayage rencontrées par Loeb vendredi, il n'est pas sûr que cette vingtaine de secondes d'avance soit suffisante pour conserver la tête au soir de l'étape 2. Peu importe. Vendredi, Latvala n'a pas calculé. Il a attaqué toute la journée sans arrière pensée stratégique. "Globalement, ça a été une bonne journée. Je suis heureux, a-t-il confié. Demain (dimanche), je serai premier sur la route. Je pense que c'est la bonne position."

Loeb : "C'est trop dangereux"

Outre la collection de temps scratches signés par Jari-Matti Latvala, les discussions des pilotes se sont énormément cristallisées autour d'El Condor, cette spéciale parcourue à deux reprises (ES4 et ES7) mêlant portions terre et asphalte. Au point stop, plusieurs pilotes pestaient ainsi contre cette aberration qui consistait à rouler une vingtaine de kilomètres sur du goudron avec des pneus terre. "C'est inconduisible et trop dangereux, bouillait ainsi Sébastien Loeb. Même en ligne droite, la voiture bouge énormément." "Ce n'est pas bien d'avoir de l'asphalte sur une spéciale terre", ajoutait Sébastien Ogier.

Un autre pilote, Jari-Matti Latvala, se distinguait des autres pilotes. A l'arrivée de l'ES4, le Finlandais affichait un large sourire. "Je me suis concentré énormément sur l'asphalte, concédait-il seulement. J'ai un bon feeling avec la voiture. J'ai trouvé le bon rythme et les temps tombent naturellement." Auteur des deux premiers scratches de la journée, le Finlandais venait en effet de 'tuer' (sic) tout le monde sur asphalte", selon les termes de Petter Solberg, reléguant son plus proche adversaire, Solberg en l'occurrence, à une dizaine de secondes.

Tout au long de la journée, le Norvégien a été le seul à suivre le rythme de Latvala. Et c'est lui qui a mis fin à la succession de scratch du pilote Ford dans l'ES6, Mina Clavero 2. En signant au passage le 400e de sa carrière en WRC. Avant que Loeb, par ailleurs pénalisé d'une minute à l'assistance de mi-journée pour avoir pointé en avance, ne réussisse le meilleur temps dans la suivante (El Condor 2). Malgré cette performance, le Français se retrouve relégué à 1 min 30.3 sec de l'homme de tête. "L'écart est trop grand. On a vu que c'était difficile de faire le trou. Ce n'est pas une bonne journée. On a fait une erreur stupide à l'assistance et on a été pénalisé. Il y avait beaucoup de monde devant l'horloge et on n'a pas vu. Je ne me suis pas arrêté parce que je n'ai pas vu. C'est comme ça", expliquait-t-il. Samedi, il tentera tout de même de profiter de sa position, 5e, pour remonter dans la hiérarchie. Huit spéciales sont au programme pour cette plus longue étape du Rallye d'Argentine.

0
0