Les Citroën creusent l'écart

Les Citroën creusent l'écart
Par Eurosport

Le 05/10/2007 à 19:30Mis à jour

Sébastien Loeb (Citroën WRT) est en tête du rallye d'Espagne et compte 11.3 sec d'avance sur son coéquipier Dani Sordo. Marcus Grönholm (Ford WRT) est 3e à 50.6 secondes.

Les Citroën C4 du Français Sébastien Loeb et de l'Espagnol Dani Sordo ont fait le trou sur Marcus Grönholm (Ford Focus) en tête du rallye de Catalogne, mais il leur a fallu attendre la fin de la 1re étape disputée vendredi dans la région de Salou.

Dans la 6e épreuve spéciale, disputée sur une route détrempée, les deux pilotes Citroën, en bagarre depuis le matin avec Grönholm (temps scratch dans l'ES1) et Mikko Hirvonen (idem dans l'ES5), sont enfin parvenus à calmer les deux Finlandais de chez Ford. "Putain de rallyes sur asphalte", a dit un Grönholm furieux à l'arrivée de cette ES6 (Pratdip) qui sera peut-être déterminante pour le résultat final: en mettant 33 secondes et 8/10 de plus que Loeb pour parcourir 26 km, le leader du championnat du monde est resté 3e mais a vu passer de 16 à 50 secondes son écart avec le Français.

Parti en pneus durs non retaillés pour la troisième boucle de deux spéciales (ES5, ES6), Grönholm en a d'abord bien profité dans l'ES5, reprenant 7 secondes à Loeb en faisant le 2e temps à 1/10 de son coéquipier Hirvonen. Tout était encore possible pour lui. Une heure plus tard, Loeb avait repris le contrôle du rallye, grâce à ses gommes identiques mais retaillées. "Je pense que le "cut" a aidé à garder les pneus plus chauds, ce que j'ai réussi à faire en attaquant d'entrée au maximum, a expliqué Loeb. Dans la voiture, j'étais surpris, j'ai halluciné de voir le grip que j'avais en gardant mes pneus très durs à température, dans de telles conditions".

Sordo fringant

"C'est ce qu'il fallait faire, a ajouté l'Alsacien, parce que sous la pluie, quand on commence à lever le pied, à être hésitant dans le pilotage, les pneus refroidissent, la voiture glisse et on perd confiance. J'ai vraiment tout fait pour éviter ça. Mais au moment de rentrer dans cette spéciale, avec des slicks durs, et vu la météo, personne n'était fringant". Derrière Loeb, le plus fringant de la journée a été Sordo, devant son public. Souriant et serein, le jeune Espagnol pointait vendredi soir, au parc d'assistance de PortAventura, à 11 secondes de son chef d'équipe: "Mon job je le connais, c'est de finir le rallye entre "Seb" et Marcus. Pour l'instant c'est ce qui se passe, donc je suis content".

Au passage, Sordo a eu le plaisir de signer le meilleur temps dans l'ES4 et d'occuper brièvement, jusqu'au coup de génie de Loeb dans l'ES6, la tête d'un rallye de championnat du monde. C'était la première fois de sa carrière, à 24 ans, et c'était dans son pays. Autre pilote Citroën, mais sur une vieille Xsara, chez ses compatriotes de Kronos, le Belge François Duval a connu des hauts et des bas: tout-droit dans un carrefour au début de l'ES1, soit 30 secondes de perdues, puis meilleur temps dans l'ES3, et enfin gros malentendu dans l'ES6 où il a calqué son rythme sur les temps partiels de Grönholm... sans savoir que le Finlandais n'y était pas du tout à l'aise.

Toute la journée, Duval portait une Croix de Saint-André sur son casque et une mention "En mémoire de Colin" sur sa visière. Comme tous les autres pilotes, il avait aussi, sur sa carrosserie, un drapeau écossais et le nom de Colin McRae. Le champion du monde 1995 a disparu en septembre, à 39 ans, dans un accident d'hélicoptère. Pilote hors-normes, comme Loeb et Grönholm, McRae aurait beaucoup aimé cette journée de rallye en Catalogne.

0
0