Citroën Communication

Etape 2 : déclarations

Etape 2 : déclarations
Par Eurosport

Le 04/10/2008 à 17:57Mis à jour

Impressions recueillies à l'issue de la deuxième étape du Rallye d'Espagne, samedi.

Sébastien Loeb (Citroën WRT, leader après l'étape 2) : "Ce long tronçon d'ouverture conditionnait le déroulement de la matinée. Il était important de bien le négocier. Sans une bonne gestion des pneumatiques, la suite pouvait s'avérer compliquée. J'ai donc fait attention à ne pas trop solliciter mes gommes pour qu'elles gardent de leur efficacité. Nous avons ainsi pu attaquer fort dans les ES8 et 9. Les réglages qui équipent notre C4 me conviennent très bien. Elle possède un équilibre qui me met en totale confiance. Le rythme que nous avons adopté depuis hier matin nous réussisait bien. Le deuxième tour n'a pas réservé de mauvaise surprise. Les routes étaient plus sales, mais avec les informations délivrées par nos ouvreurs, nous savions où se trouvaient les pièges. Avec l'augmentation des températures, il était encore plus important de surveiller l'usure des pneus. Les écarts ont encore augmenté, mais ne nous permettent pas encore de crier victoire…"

Dani Sordo (Citroën WRT, 2e): "Notre bonne gestion des Pirelli dans le long chrono était ce qu'il y avait de mieux à faire. C'est dans ce type de situation que je sens combien l'expérience acquise est primordiale et me permet d'éviter les erreurs. J'ai donc réussi à sauvegarder mes pneus avec lesquels j'ai pu accentuer légèrement mon avance sur le 3e. C'est exactement l'objectif que nous avions fixé avec l'équipe. Je me suis focalisé sur les temps de mon adversaire direct pour maintenir l'écart. Nous avons atteint notre objectif qui était de garder notre avance pour dimanche. Avec une voiture sur laquelle le set up me convient très bien, je suis content de notre étape. Nous avons bien défendu notre deuxième place. Six spéciales et 93,88 km nous séparent d'un possible nouveau doublé pour Citroën… rien n'est fait, mais nous sommes dans une position plutôt favorable."

Olivier Quesnel (Citroën Sport, directeur): "Après avoir posé de sérieux jalons hier, nous avons su les confirmer aujourd'hui. L'ensemble de l'équipe est resté très concentré et nos équipages ont rendu une copie parfaite. Nos deux voitures se sont montrées à la fois d'une fiabilité et d'une compétitivité exemplaires. Sébastien et Daniel ont poursuivi leur démonstration en tête du rallye portant à neuf le nombre de meilleurs temps consécutifs. Ils ont ensuite très intelligemment les changements de météo et de conditions de route. Dani et Marc s'attaquaient à un challenge pas évident à relever face à un adversaire coriace. Ils ont démontré que sur cette surface ils ne redoutent pas grand monde. Après de telles prestations de nos deux équipages, le bilan ne peut qu'être très positif. Le rallye ne sera cependant terminé que demain vers 15h00 au moment du podium final…j'espère y être avec l'équipe."

François Duval (Ford WRT, 3e) : "Certaines spéciales étaient vraiment difficiles avec le gravier qui se déposait peu à peu sur les pistes. Les parcours de ce samedi étaient beaucoup plus intéressants que vendredi où j'avais parfois l'impression d'être un circuit. J'étais à fond toute la journée tout en n'oubliant pas de modifier quelques notes. Je suis à 23 secondes de Sordo. Ça n'est pas énorme donc je dois rester concentré surtout parce qu'il y a Mikko qui n'est pas très loin, non plus. Je pense que je ne vais plus changer mes réglages et les garder pour le Tour de Corse.

Mikko Hirvonen (Ford WRT, 4e): "On a changé le différentiel arrière et cela nous a permis d'être beaucoup plus efficaces dans les sections très rapides mais en même temps la maniabilité devenait de plus en plus précaire. Mes chronos se sont rapprochés de ceux de Sordo mais je n'avais pas le feeling maximum pour pouvoir vraiment attaquer. J'ai aussi durci les suspensions et ça plutôt marché. Je crois étonnamment que j'ai oublié comment piloter sur l'asphalte et j'avoue ne pas trop savoir pourquoi. Je pilotais un peu n'importe comment, de manière trop agressive et en coupant trop les virages mais après j'ai réussi à tenir des trajectoires plus directes et à avoir un pilotage plus propre. J'espère ainsi pouvoir revenir sur François (Duval) et également prendre un maximum de points."

Petter Solberg (Subaru WRT, 5e) : "Nous avons fait quelques changements et, au final, le résultat de ceux-ci est assez mitigé. Il y avait énormément de gravier dans la dernière spéciale. Nous avons perdu beaucoup de temps sur ce parcours et Aava s'est beaucoup rapproché. Ça va être dur de le laisser derrière nous. On va travailler sur la machine dans la soirée pour voir ce qui n'a pas fonctionné.

Chris Atkinson (Subaru WRT, 7e): "On a attaqué très fort dans la spéciale de 38 kilomètres pour gagner une place. Dans la dernière spéciale du matin, on a perdu du temps. Mais sur le second passage, à la fin de la journée nous avions encore moins d'adhérence. Il y avait beaucoup de survirage.

Brice Tirabassi (Subaru WRT, 12e): "Le feeling avec la voiture était meilleur l'après-midi que le matin mais ça ne s'est presque pas vu au niveau des chronos. Notre vitesse était cependant vraiment bonne lors de l'ES8. La spéciale longue était également très amusante en termes de pilotage."

David Richards (Subaru WRT, directeur): "D'un point de vue extérieur, on a l'impression que les choses n'ont pas du tout évolué. Pourtant, l'équipe a énormément travaillé. On a beaucoup appris de la voiture ce samedi et j'espère que nous serons capables de réussir dimanche."

Jari-Matti Latvala (Ford Stobart, 8e): "On a perdu un peu moins de temps qu'hier sur les leaders. On était assez lents dans la matinée à cause des nouveaux pneumatiques que nous avions chaussés. Ils ont mis du temps à prendre la température et à se conformer aux réglages que l'on avait faits. Je ne suis pas trop loin de la septième place et il faudra vraiment que je me batte jusqu'au bout pour aller la chercher. Il faut également que je réfléchisse aux réglages pour le Tour de Corse, qui aura lieu la semaine prochaine."

Matthew Wilson (Ford Stobart, 10e): "Nous étions très réguliers sur les longues spéciales mais j'ai eu du mal à trouver de l'adhérence dans les spéciales de distance moyenne. La dernière spéciale était très difficile car il y avait du gravier partout. La machine devenait alors instable. Je suis impatient de courir dimanche car le revêtement des spéciales sera assez beau et similaire à la première spéciale de ce samedi où nous nous étions particulièrement bien comportés.

0
0