Citroën Communication

Salou verbatim

Salou verbatim
Par Eurosport

Le 02/10/2008 à 15:23Mis à jour

Voici ce qu'ont dit pilotes et patrons de teams du championnat du monde WRC avant le Rallye d'Espagne, 12e manche du Mondial 2008.

Sébastien Loeb (Citroën C4) : "Les vitesses atteintes et le pilotage typé "circuit" que réclament ces routes me plaisent. Cela change complètement de ce que l"on pratique ailleurs. L"Espagne nous a bien réussi ces dernières années et en 2007 la C4 WRC s"y était montrée très compétitive. Depuis, nous avons travaillé à améliorer encore son comportement et son équilibre, notamment afin de trouver de bons réglages avec les pneus Pirelli. Comme nous l"avons expérimenté l"an passé, en fin de première étape, la météo changeante sera un paramètre à ne pas négliger tout comme l"utilisation de pneumatiques sans système anti-crevaison."

Dani Sordo (Citroën C4) : "Les routes sont majoritairement larges et rapides. Le pilotage s'effectue tout en trajectoires et l'une des difficultés réside dans les profondes cordes où nous sommes obligés de plonger. Sans cela nous sortons des traces idéales et sur le gravier, l'adhérence est alors nulle. Ce n'est pas forcément la course que je préfère, mais c'est NOTRE rallye ! L'an passé, pour la première fois de ma carrière, je m'étais retrouvé en tête d'une course du Mondial. "Pour cette édition, nous allons peut-être devoir adapter notre pilotage aux Pirelli sans mousse et moins descendre dans les cordes."

François Duval (Ford WRT) : "On a beaucoup roulé, testé pas mal de réglages et la voiture réagit super bien, le sous-virage a disparu. J'aimerais qu'il fasse sec, car je n'ai pas fait un mètre sur le mouillé. Hier j'en ai profité pour regarder quelques passages de Mikko (Hirvonen) et je peux vous dire qu'il est en super forme, c'est sûr qu'il sera dans le coup aussi."

Petter Solberg (Subaru Impreza WRT) : "Je me suis préparé à fond depuis la Nouvelle-Zélande et j'espère qu'on pourra se servir de ce que l'on a fait en Allemagne pour ce rallye. Je me suis vraiment amusé là-bas donc j'espère que ce sera pareil en Espagne. Ici, les routes sont beaucoup plus propres, plus gracieuses. De toute façon, on conduit toujours à fond donc on ne fait pas la différence.

Chris Atkinson (Subaru Impreza WRT) : "L'Espagne est très différente de l'Allemagne. Les routes sont larges, lisses et adhérentes et vous pouvez aborder de nombreux virages à très hautes vitesses. C'est ici qu'on encaisse les plus grosses pressions latérales mais on s'y entraîne. D'un autre côté, lorsqu'il pleut, la route devient très glissante car l'eau ne s'évacue pas mais lorsque vous prenez bien une série de virages, c'est un sentiment génial."

0
0