From Official Website

Etape 3 : déclarations

Etape 3 : déclarations
Par Eurosport

Le 20/05/2007 à 11:00Mis à jour

Impressions recueillies au cours de l'étape 3 du Rallye d'Italie, dimanche.

Mikko Hirvonen (Ford Focus WRT, 2e) : "Je pensais que la bagarre entre Seb et Marcus allait durer jusqu'au bout, alors j'ai été très surpris de me retrouver à la deuxième place ce matin. Les spéciales de cette 3e étape étaient un vrai défi pour tous les pilotes, parce qu'elles étaient nouvelles, rapides et très difficiles. Depuis le début de la saison, j'essaye de me rapprocher de Marcus et Seb, en performance pure, tout en étant plus consistant, et ça commence à arriver, donc je suis content."

Dani Sordo (Citroën C4 WRT, 3e) : "Je n'ai pas été bon vendredi, mais je pense que c'est parce que le parcours était trop lent, je freinais trop tard et j'avais l'impression d'être arrêté. Je suis plus à l'aise quand ça va plus vite et que je dois attaquer à 100%, alors les autres jours ça allait beaucoup mieux et dimanche les spéciales étaient très rapides, donc je me sentais bien. C'était court mais vraiment intense. Nous avons d'abord du faire face à de la poussière dans l'ES13. Dans la spéciale suivante, c'est le terrain qui m'a posé des soucis. Cela ne ressemblait pas du tout à ce que nous avions rencontré depuis le départ. Il fallu s'adapter et limiter les dégâts. J'ai beaucoup mieux roulé dans le dernier tronçon de ce trio même si une petite faute sur la fin nous a privé d'un bon temps. Je suis satisfait de ma course. Après un début hésitant, je suis parvenu à trouver un rythme à la fois rapide et sécurisant. Le travail mené avec l'équipe Citroën Sport sur les réglages de ma C4 a payé. Je suis d'autant plus content d'apporter ce résultat à Citroën que la course a eu lieu sur terre, une surface où je dois encore progresser."

Sébastien Loeb (Citroën C4 WRT, abandon - sortie de route) : "Dans la première spéciale du jour, après 4 km, il y avait un sommet pour un virage à droite. C'était une spéciale nouvelle et la note était un peu surestimée et je me suis fait un peu piéger. J'ai touché l'extérieur avec l'arrière, qui m'a remis dans l'axe mais qui m'a aussi ramené l'avant dans le fossé. Il y avait une pierre et on a cassé un triangle. J'ai pu continuer trois kilomètres encore puis il a fallu s'arrêter et abandonné. C'est une déception. Je n'arrête pas de répéter cette année que ces abandons coûtent très cher et que la fiabilité est primordiale mais là, c'est moi qui fait la faute. Ça fait partie de la course et ça prouve que ce n'est pas facile. Certains peuvent penser que c'est facile car je gagne souvent, mais non. Avec Marcus [Grönholm], les bagarres se jouent toujours à la seconde sur des spéciales de 30 kilomètres, et il n'y a donc pas de marge, pas de droit à l'erreur. Bon voilà, ce serait bien de ne pas répéter l'opération trop souvent..."

Guy Fréquelin (Citroën WRT, directeur) : "Quand je dis qu'une course n'est jamais terminée avant le podium final ! Cet incident nous affecte alors que Seb n'était plus à l'attaque, voilà pourquoi c'est rageant. C'est la course et tout peut arriver, même aux meilleurs. On ne doit pas pour autant modifier notre manière de travailler. Les écarts dans les deux championnats ne sont pas insurmontables mais il est vrai que ce ne sera pas facile. A nous de faire un sans-faute au cours des épreuves restantes. La performance de Dani [sordo] est notamment porteuse d'espoir. Son podium est mérité après une manche où il a fait preuve d'assurance et de tempérament."

0
0