From Official Website

Jyväskylä verbatim

Jyväskylä verbatim
Par Eurosport

Le 02/08/2007 à 10:00Mis à jour

Voici ce qu'ont dit pilotes et patrons de teams du championnat du monde WRC avant le Rallye de Finlande, 9e manche 2007.

Marcus Grönholm (Ford Focus WRT) : "La nouvelle voiture n'a pas l'air si différente de la précédente mais l'équipe a travaillé dur, en apportant beaucoup de petites amélioration. Il a des progrès partout et je suis ravi de nos essais. Le vrai test c'est la compétition, mais je suis sûr qu'on en verra les bénéfices en Finlande."

Mikko Hirvonen (Ford Focus WRT) : "J'adore ce rallye et je suis là pour gagner. Mais Marcus [Grönholm] veut aussi s'imposer et il a déjà gagné six fois. C'est donc facile à dire mais plus dur à réaliser. La clé sera de ne commettre aucune erreur. Les vitesses sont si élevées (122.06 km/h de moyenne en 2006), que la moindre faute ou le moindre problème pourra mettre le pilote hors course. Quand un virage suit un saut, c'est vital de placer la voiture sur la trajectoire correcte. Quand ça arrive, la voiture vole et c'est la sensation la plus géniale qui existe dans ce sport."

Dani Sordo (Citroën WRT) : "Il s'agit seulement de ma seconde participation au volant d'une WRC alors que c'est une épreuve sur laquelle il faut beaucoup d'expérience pour viser un podium. Ce ne sera pas mon cas cette saison. J'aime les spéciales finlandaises. Pour un pilote de rallye, comment peut-il en être autrement ? On roule vite, ça glisse, il y a des bosses... le cadre idéal !"

Guy Fréquelin (Citroën WRT, directeur) : "Il n'est pas simple de reprendre le championnat par la Finlande, l'une des manches de l'année les plus compliquées à négocier. Si nous voulons conserver nos chances dans les deux championnats, un bon résultat est impératif. Avec son manque d'expérience, ce ne sera pas facile pour Dani Sordo. Avec Marc Marti, ils doivent essayer de marquer le maximum de points pour Citroën. Sébastien Loeb et Daniel Elena sont parfaitement conscients de la situation et ils partent pour gagner en gardant à l'esprit qu'il est judicieux de ne pas compliquer une situation déjà difficile."

Petter Solberg (Subaru WRT) : "La Finlande est une épreuve géniale et l'une de mes favorites. Il y règne une bonne ambiance, c'est bien organisé et les spéciales sont incroyables. Cette année, ça va être très intéressant en raison du niveau des locaux inscrits. Il y a 28 voitures de WRC– dont huit pilotées par des Finlandais, et ils sont toujours très forts chez eux."

Chris Atkinson (Subaru WRT) : "Cette épreuve est géniale et l'une des plus difficiles. Les spéciales sont très rapides et il faut faire un gros effort sur la prise de notes. J'aime le type des routes et ma vitesse y a été bonne lors des deux dernières années."

Xavier Pons (Subaru WRT) : "cette épreuve est piégeuse et ce n'est certainement pas la plus facile des rallyes pour débuter ma carrière avec Subaru, mais j'aime les spéciales rapides et le pays. Les Finlandais sont très accueillants et amicaux. Ils apportent beaucoup de soutien."

Richard Taylor (Subaru WRT, directeur) : "Nous avons vu en Grèce que l'Impreza WRC2007 avait une bonne vitesse dans certaines circonstances et depuis lors, nous avons regardé à améliorer à maniabilité et la régularité des performances. Nous avons testé dix jours au pays de Galles, en Allemagne et en Finlande, et passé énormément de temps à récolter des datas au Royaume Uni. Nos efforts ont porté sur la direction, les amortisseurs et les différentiels, particulièrement dans l'analyse et les mesures prises sur les problèmes de châssis et de direction qui ont affecté la voiture plus tôt dans l'année. Nous avons aussi préparé les rallyes asphalte, qui représentent 50 pour cent de la seconde moitié de la saison. En Finlande, nous voulons clairement voir une amélioration de la performance du team."

Paul Howarth (Subaru WRT, directeur des Opérations) : "La Finlande n'est pas particulièrement dure avec les voitures et amène une usure normale des pneus, les pilotes n'ont donc pas à être trop tactiques ou gentils dans leur approche. Au lieu de ça, tout n'est que question de confiance."

0
0