From Official Website

Loeb : "Pas évident"

Loeb : "Pas évident"
Par AFP

Le 30/11/2007 à 13:00Mis à jour

Sébastien Loeb (Citroën WRT) est chassé par une meute de Ford au pays de Galles, où un Top 5 sera synonyme de titre.

Comment envisagez-vous ce dernier rallye de la saison ?

Sébastien Loeb : Depuis trois ans, le titre était joué avant le dernier rallye. C'est bien pour le championnat que ça se décide ici cette année, après une saison aussi intense où on a toujours été très proches, Marcus [Grönholm] et moi. Ça risque de nous paraître très long car on part avec l'objectif de finir le rallye dans les cinq premiers, alors que généralement la seule chose qui compte c'est de faire des temps pour être devant. C'est une situation dans laquelle je n'ai pas l'habitude de me trouver. Le plus important, c'est de gagner le championnat, et ce serait stupide de tout perdre en prenant des risques.

Est-ce que cet enjeu va changer quelque chose à votre pilotage ?

S.L. : Il faudra trouver le bon rythme, être assez concentré et vigilant pour ne pas se faire piéger à cause des nombreux changements d'adhérence. Ce sont des pierres très dures, très tassées, recouvertes d'une couche de boue qui n'a pas la même épaisseur partout. C'est un peu comme si on mettait de la boue sur des pavés. Il faut bien anticiper, freiner tard mais en étant sûr qu'il reste une petite marge de sécurité. Ce n'est pas évident parce que ce sont des voitures qu'il faut brutaliser, il ne faut pas les laisser vous emmener où elles veulent.

Est-ce que votre absence en 2006 va rendre ce rallye plus difficile ?

S.L. : En 2006, j'avais le bras cassé. Les autres années je me suis toujours senti bien ici, on a toujours été compétitifs, même si on n'a jamais gagné ce rallye. Ce sont quasiment les mêmes spéciales depuis quelques années, sauf la première (ES1), que je n'ai jamais faite en course, et une autre spéciale dimanche.

Est-ce que ce sera difficile de terminer dans les cinq premiers ?

S.L. : On a vu d'autres pilotes perdre le championnat en arrivant ici en tête. C'est un sport mécanique, il peut y avoir une erreur du pilote, du copilote, d'un mécano. Il y a trois Ford qui vont rouler très vite, les deux Subaru, d'autres Ford, et Dani Sordo qui est de plus en plus fort sur terre, comme on l'a vu au Japon. C'est dans mes cordes, c'est jouable, mais il faudra peut-être attaquer et prendre un minimum de risques.

Quelle position préférez-vous, chasseur ou chassé ?

S.L. : Celle du chassé... parce que j'ai six points d'avance. Mais ça m'oblige aussi à partir le premier sur la route vendredi (ndlr: en tant que leader du championnat), donc ça veut dire que le premier piège est pour moi. En Irlande, Marcus (Grönholm) s'est fait piéger (ndlr: dans l'ES4) en partant le premier. Vendredi matin, on va essayer de ne pas faire pareil.

Qu'est-ce que ça change d'être un jeune papa ?

S.L. : Ça change surtout les choses à la maison, mais ici, depuis que je suis arrivé, ça va. Je dors très bien. Dans l'ensemble, Valentine est gentille, elle ne pleure pas trop, comme son papa. Et même à la maison avant de venir ici, j'ai réussi à dormir.

Est-ce que vous emmenez un porte-bonheur dans la C4 ?

S.L. : On emmène quelques pièces de rechange supplémentaires, mais pas de gri-gri comme la fougère néo-zélandaise qui nous a servi pendant un moment. Si on trimbale une remorque de gri-gris, ça va aller moins vite.

0
0