Un rallye de Grèce à plein régime !

Un rallye de Grèce à plein régime !
Par Citroën Racing

Le 20/05/2012 à 19:20Mis à jour Le 20/05/2012 à 19:24

Battu en 2011 par Sébastien Ogier, Sébastien Loeb vient à "l'Acropole" pour faire gagner la DS3 après la Xsara et la C4. Mikko Hirvonen pour y oublier l'Argentine.

Le championnat du monde des Rallyes de la FIA poursuit sa longue série de manches sur terre en Grèce. Réputé pour l'exigence de son parcours, le Rallye de l'Acropole n'en est pas moins devenu un long sprint pour les candidats à la victoire. Figurant déjà au palmarès de l'épreuve, les équipages Sébastien Loeb / Daniel Elena et Mikko Hirvonen / Jarmo Lehtinen chercheront à décrocher un nouveau succès pour le Citroën World Rally Team.

Présent au calendrier du championnat du monde des rallyes dès sa création en 1973, l'Acropole a évolué avec son temps. Si la moyenne du vainqueur de l'époque ne dépassait pas les 70 km/h, elle flirte désormais avec les 90 km/h. De plus en plus affûtés et résistants, les équipages et leurs montures avalent sans peine un parcours qui reste pourtant terriblement exigeant.

Loeb : "U n rallye aux visages multiples "

Dans cette optique, l'étape du vendredi constituera un véritable morceau de bravoure. Après avoir quitté Loutraki sur les coups de 6h00, les concurrents enchaîneront 170 km de spéciales sans revenir au "Service park" avant 21h00. Seules deux assistances de 15 minutes – au cours desquelles on ne peut réparer les voitures qu'avec les pièces détachées embarquées – permettront d'atténuer les stigmates laissées par les spéciales grecques.

Leader du championnat du monde avec trois victoires acquises au Monte-Carlo, au Mexique et en Argentine, Sébastien Loeb a conquis deux de ses soixante-dix succès en Grèce. Après s'être imposé avec la Xsara WRC (2005) et la C4 WRC (2008), l'octuple champion du monde aimerait boucler la boucle avec la DS3 WRC. "C'est un rallye aux visages multiples : certaines spéciales sont très roulantes et rapides. D'autres, au contraire, sont jonchées de pierres qui ne ménagent pas les suspensions. En fonction de la chaleur, la gestion des pneumatiques peut avoir une grande influence sur l'issue de la course", prévient Seb. "Bien souvent, le temps d'une seule spéciale n'est pas significatif. Il faut attendre le résultat de l'ensemble de la boucle pour tirer des enseignements. Evidemment, je prendrai le départ pour gagner. J'avais le potentiel pour m'imposer en 2011 et je compte bien y arriver cette année !"

Hirvonen : "A fond quasiment tout le temps ! "

Vainqueur de l'édition 2009, Mikko Hirvonen reconnait un sentiment mitigé au sujet de ce rendez-vous : "Ce n'est pas mon rallye favori, mais je ne déteste pas cet exercice. Nous sommes engagés dans un championnat du monde et nous devons à ce titre disputer des épreuves variées et représentatives de tous les types de terrains. L'Acropole est un des grands classiques du WRC et son statut de parcours le plus difficile n'est pas usurpé. Pourtant, il faut bien dire que nous sommes à fond quasiment tout le temps ! Evidemment, il faut gérer la mécanique et les pneumatiques, mais je pense qu'une grande partie du résultat se joue pendant les essais préparatoires à cette épreuve. Sur ces séances, il faut s'assurer que la voiture est suffisamment résistante pour encaisser les contraintes du terrain. Les Citroën DS3 WRC ayant obtenu un doublé l'an passé, je ne suis pas inquiet quant à notre capacité à jouer la victoire."

Troisième du championnat du monde derrière Sébastien Loeb et Petter Solberg, Mikko compte bien illustrer sa montée en puissance sur les prochaines manches : "Le Rallye d'Argentine m'a permis de franchir un nouveau pas. Je me sens complètement à l'aise dans les portions rapides. Nous avons beaucoup travaillé avec l'équipe et nous avons procédé à quelques changements qui me conviennent mieux. Je me sens très en confiance pour la suite de la saison."

0
0