Citroën Communication

Matton n'a "pas encore vu de véritable lutte"

Matton n'a "pas encore vu de véritable lutte"
Par Citroën Racing

Le 20/05/2012 à 18:44Mis à jour Le 20/05/2012 à 19:08

Yves Matton, le directeur de Citroën WRT, juge que tout reste ouvert, que son équipe et Ford WRT n'ont pas encore rivalisé à armes égales.

Le Citroën World Rally Team a signé le doublé en Argentine, après que vous ayez figé les positions entre Sébastien Loeb et Mikko Hirvonen. L'écart entre vos deux pilotes n'était-il pas trop faible pour cela ?

Yves Matton : Une telle décision n'est pas facile à prendre, mais nous devons atteindre les objectifs qui nous ont été fixés, à savoir conserver les titres de champions du monde Pilotes et Constructeurs. Après un score vierge au Portugal, le déroulement du Rallye d'Argentine nous était favorable. Au vu de l'avance creusée par nos équipages et des difficultés restant à appréhender, figer les positions entre Seb et Mikko était un choix dicté par la sagesse. Chaque membre de l'équipe, à commencer par les pilotes, sait combien il est important pour la marque d'obtenir ces titres. Evidemment, cela peut paraître particulièrement dur pour Mikko après l'issue du Rallye du Portugal, mais j'espère qu'il remportera bientôt son premier rallye avec nous.

Quel bilan tirez-vous des cinq premiers rallyes de la saison 2012 ?

Eurosport

La façon dont est géré le WRC a été bouleversée ces derniers mois. Quelle est votre vision de la situation actuelle ?

Y.M. : Lorsque j'ai pris la tête de Citroën Racing en janvier dernier, le WRC s'est simultanément retrouvé sans promoteur. La FIA et les organisateurs des premières manches ont assuré leur rôle pour que les rallyes se déroulent dans les meilleures conditions possibles. Par rapport à ce que j'ai connu par le passé, je suis satisfait de la collaboration régnant entre les constructeurs et la FIA. L'équipe réunie autour de Michèle Mouton, Jarmo Mähönen et Alexandre Gueschir est à l'écoute. Chacun tient compte des contraintes et des aspirations des autres parties prenantes et nous avançons dans la bonne direction. Le futur visage de notre sport tiendra aussi bien compte de l'héritage du championnat du monde des rallyes que de notre capacité à nous adapter aux contraintes générées par l'arrivée des nouvelles technologies que ce soit dans le domaine de la communication ou de l'automobile.

0
0