Amman verbatim

Amman verbatim
Par Eurosport

Le 24/04/2008 à 12:00Mis à jour

Voici ce qu'ont dit pilotes et dirigeants de teams officiels du championnat du monde avant le Rallye de Jordanie, 5e manche du WRC 2008.

Sébastien Loeb (Citroën WRT) : "Nous ne disposons pas de beaucoup d'informations concernant le 'Jordan Rally' que j'aborde avec prudence. L'épreuve ne semble pas être trop exigeante pour les voitures. En revanche, ouvrir la route sera peut-être un handicap (ndlr : en qualité de leader du championnat). Il y a apparemment des similitudes avec le Mexique où notre C4 WRC s'est montrée performante, ce qui est encourageant. L'objectif est de gagner pour accentuer notre avance au championnat Pilotes et permettre à Citroën de continuer sa lutte pour la première place chez les Constructeurs. En cas de succès pour Daniel [Elena] et moi, ce serait notre 40e victoire mondiale. Ce n'est pas du tout une obsession, mais cela ferait juste un compte rond !".

Dani Sordo (Citroën WRT) : "Cela ne m'est pas arrivé souvent de me présenter au départ d'une manche du WRC en ayant plus d'expérience que certains de mes adversaires. Dans l'ensemble, c'est un rallye rapide sur des routes assez larges. Le revêtement est dur comme du béton et ne devrait pas trop être dégradé après la première boucle. Le rythme sera élevé et il faudra se méfier de la couche de gravier qui va provoquer des changements d'adhérence. Interdiction de sortir des traces et comme les bas-côtés sont parfois profonds, interdiction de sortir tout court ! Notre objectif sera de monter sur le podium".

Xavier Mestelan-Pinon (Citroën WRT, directeur technique) : "La participation à un nouveau rallye comporte toujours une part d'inconnu. Les deux derniers que nous avons découverts, le Portugal et l'Irlande, se sont plutôt bien déroulés mais je n'oublie pas la Norvège ! Les essais en Jordanie sont interdits alors nous avons essayé de préparer ce rendez-vous avec les informations dont nous disposions : des routes en terre peu cassantes, descendant jusqu'à - 400 mètres sous le niveau de la mer, des températures sans doute élevées, peut-être du vent de sable. En intégrant ces paramètres, nous avons défini des réglages que nous affinerons avec les commentaires des équipages à l'issue de leurs reconnaissances".

Mikko Hirvonen (Ford WRT) : "Les routes ont l'air d'être plates et les organisateurs ont apparemment fait du bon travail pour les préparer. Elles semblent rapides, fluides, comme en Finlande mais sans les sauts. Si c'esteffectivement le cas, ça devrait être bon pour moi. La dernière spéciale de dimanche est la plus longue du rallye, ce qui diffère de la plupart des autres épreuves. Il va y avoir de grosses bagarre si les écarts ne sont que de 20 ou 30 secondes".

Jari-Matti Latvala (Ford WRT) : "Tout le monde est logé à la même enseigne du point de vue de la connaissance des routes. Nous allons devoir faire attention en prenant les notes. Notre véhicule spécial reconnaissances est équipé d'une caméra et je pourrai donc revoir les images avant le départ. Ça m'aidera ; ce sera comme un troisième passage en spéciale même si c'est quand même différent sur l'écran. Il y avait eu trois rallyes nouveaux l'an dernier et j'avais aimé le défi. Les routes devraient me convenir".

Khalid Al Qassimi (Ford WRT) : "J'ai couru six ou sept fois ici mais depuis beaucoup de pistes dans le désert ont été remplacées par de nouvelles routes. Cette année, 40 pour cent sont nouvelles par rapport à 2007. Les routes sont si planes que c'est comme courir sur asphalte. Seule la couleur brune dit que ça n'en est pas. J'ai gagné l'an dernier en attaquant seulement à 50 pour cent et c'est le rythme auquel je vais démarrer. Si je me sens bien après deux spéciales, j'attaquerai alors plus. Ce sera mon premier rallye sur terre en Pirelli. Je vais donc avoir besoin de temps pour les apprendre".

Gigi Galli (Ford Stobart) : "Nous sommes particulièrement curieux de découvrir ce tout nouveau rallye. Une partie de la route se situe sous le niveau de la mer, ça va donc être assez étrange ! Nous ne nous sommes pas très bien débrouillés lors des deux derniers rallyes mais je commence à m'habituer à la nouvelle Focus".

Henning Solberg (Ford Stobart) : "Ce qui s'est passé en Argentine était de la malchance et nous allons pouvoir nous focaliser sur cette épreuve pour oublier ça. Je connais seulement ce rallye de ce que j'en ai vu en vidéos sur wrc.com. Mon ingénieur a fait pas mal d'années en championnat du Moyen-Orient, je pense donc en tirer avantage. J'espère un top 5".

Matthew Wilson (Ford Stobart) : "A voir les prévisions météo, les températures pourraient atteindre 40 degrés soit plus de 50 dans les habitacles. La condition physique et la concentration vont donc être primordiales sur la dernière grosse spéciale, dimanche. Je vise un top 8".

0
0