Citroën Communication

Etape 1 : déclarations

Etape 1 : déclarations
Par Eurosport

Le 02/04/2010 à 06:54Mis à jour

Voici ce qu'ont déclaré les principaux protagonistes à l'issue de l'Etape 1 du Rallye de Jordanie, vendredi.

Jari - Matti Latvala (Ford WRT, leader) : "Je n’avais plus mené un rallye depuis longtemps. J’avais des sensations formidables avec ma voiture et nos réglages étaient parfaits après les essais que nous avons accomplis la semaine dernière. J’étais donc en confiance. Je n’ai rien changé sur ma voiture et ce fut juste une de ces journées parfaites qui se déroulent de manière idéale. L’étape de demain s’annonce difficile mais aujourd’hui, j’ai pu constater que le fait d’ouvrir la route ne faisait pas perdre autant de temps que cela. Je ne suis donc pas inquiet à l’idée de partir en tête. La stratégie de l’équipe consistant à aider Mikko, je sais que je pourrais l’aider en étant devant lui. Et si les positions de départ jouent un rôle moins important que prévu, nous verrons bien alors comment évoluera ma position face à mes adversaires..."

    Mikko Hirvonen (Ford WRT, 5e) : "L’étape était courte et considérant les deux longues journées qui vont suivre, je pense que personne n’a pris de gros risques. L’essentiel était de finir bien placé pour la suite. Je devrais bénéficier d’une bonne position pour demain et je suis prêt à me livrer à fond dans la bataille. Jari-Matti a été superbe et nous avons vécu une belle journée tous les deux."

    Sébastien Ogier ( Citroën Junior, 2e) : "Personne ne roulait au maximum. Il n’y avait rien à gagner aujourd’hui, il fallait éviter les pièges et se placer pour la suite du rallye. Nous avons pu voir à quel point l’expérience était importante sur ces routes. C’était mieux cet après-midi avec de meilleurs résultats. Il faut continuer comme ça durant les deux prochains jours. L’objectif était de rester devant Sébastien Loeb. Nous n’avons pas pris trop de risques. Tout le monde s’est observé. Samedi, nous allons tout faire pour rester aux avant-postes."

    Kimi Räikkönen (Citroën Junior, 10e) : "Le début de journée fut animé mais nous sommes là. Nous avons tapé une pierre et fait un demi tête-à-queue. Sur une épreuve aussi atypique, il est important de parcourir toutes les spéciales."

    Benoit Nogier ( Citroën Junior, team manager) : "Nous avions l’objectif de poursuivre sur notre lancée du Mexique. Sébastien [Ogier] continue sur son rythme en prenant une marge de sécurité suffisante. Il est deuxième, pas très loin de Latvala et juste devant Loeb. Nous n’avons pas appliqué de stratégie particulière. L’objectif de Kimi [Räikkönen] est de terminer le rallye sans faire d’erreur. Il est important, pour lui, d’acquérir de l’expérience. Le Rallye de Jordanie est une épreuve très compliquée et les sensations commencent à venir. Il nous faut du temps et je suis confiant et satisfait à l’issue de cette première journée."

    Sébastien Loeb ( Citroën WRT, 3e) : "C'est toujours un peu frustrant d’ouvrir la route, car il est difficile de savoir pourquoi on perd du temps. Quelle part est due au pilotage, à la voiture, au phénomène de balayage. Samedi, les positions s’inverseront avec Jari-Matti Latvala et nous verrons comment la course évolue. Je suis plutôt satisfait de cette troisième place provisoire."

    Dani Sordo ( Citroën WRT, 6e) : "Effectivement la trajectoire est balayée, mais nous devons tout de même éviter quelques grosses pierres déterrées par les premières voitures. Or, je ne suis pas en position de prendre des risques. Mis à part l’ES3, je n’ai pas le sentiment d’avoir très bien conduit sur cette première boucle. J’étais un peu gêné par mes réglages de différentiel. Notre position nous permettait de faire ce choix tactique. Nous sommes dans une course d’attente en vue de la troisième journée de course, qui sera celle où le phénomène de balayage sera le plus important. Nous avons fait un pari, car notre retard sur le leader est tout de même de 45 secondes. Ce qui est certain, c’est que la course va être de plus en plus intéressante !"

    Olivier Quesnel ( Citröen Racing, directeur) : "On est en effet là pour offrir un spectacle et non une parodie de rallye qui se termine dans la dernière spéciale du jour avec des voitures qui s'arrêtent trente secondes avant de franchir la ligne d'arrivée. Je trouve ça très dommageable. Je crois qu'on est arrivé aux limites du système. Mais moi, cela fait deux ans que je dis ce que j'en pense. J'ai même fait des demandes officielles auprès de la FIA qui n'ont jamais été reçues."

    0
    0