Jerash verbatim

Jerash verbatim
Par Eurosport

Le 29/03/2010 à 18:12Mis à jour

Voici ce qu'ont dit pilotes et patrons de teams du championnat du monde WRC avant le Rallye de Jordanie, 3e manche 2010.

Sébastien Loeb ( Citroën WRT) : "Les spéciales se déroulant en plein désert, il n’y a pas de repères et nous roulons souvent à l’aveugle. C’est alors facile de taper un de ces gros rochers qui jalonnent la route ! Il faudra être très précis lors de la prise de notes."

Dani Sordo ( Citroën WRT) : "Les résultats que nous avons obtenus en Suède et au Mexique n’ont pas été à la hauteur du potentiel que nous avions affiché. Ce qui est positif, c’est que nous serons septièmes sur la route en Jordanie. Le vendredi, nous bénéficierons d’une trajectoire bien balayée par les premiers. Monter sur le podium de ce rallye serait un bon résultat pour Marc [Marti] et moi."

Sébastien Ogier ( Citroën Junior) : "Les organisateurs proposent un très beau parcours avec des épreuves spéciales roulantes et rapides. Le revêtement est très dur et offre un excellent grip. Au milieu d'un paysage désertique, tout se ressemble, la prise de notes est donc encore plus fondamentale que sur les autres rallyes. Avec Julien [Ingrassia], nous devrons être très vigilants dès les reconnaissances."

Kimi Räikkönen (Citroën Junior) : "J'apprends un peu plus à chaque kilomètre. Aujourd'hui, je suis encore en quête d'expérience et ces kilomètres d'essais me permettent de balayer la large gamme des réglages proposée par l'équipe."

Xavier Mestelan-Pinon (Citroën Racing, directeur technique) : "C’est un rallye que nous rangeons dans la catégorie 'bonne terre'. Le revêtement est relativement lisse et le sol très dur. Une fois balayées, les spéciales offrent beaucoup de grip. Ce sont les pneus qui seront soumis à la plus rude épreuve. Dans la mesure où de nombreux virages sont 'en aveugle' et que les spéciales sont bordées de grosses pierres assez peu accueillantes, nous nous sommes attachés à définir des réglages favorisant la précision du pilotage."

Mikko Hirvonen (Ford WRT) : "La surface est dure et donne l'impression de piloter sur de l'asphalte.  Il y aura de la 'gravette' lors des premiers passages en spéciales, il faudra donc régler la voiture un peu souple. Mais ensuite, lors du second passage, les routes seront propres et le set-up devra être plus rigide, presque comme celui utilisé pour le bitume. Il n'y a pas de fossé et dans certains virages il sera possible de couper la trajectoire, nous ne pourrons donc pas rouler avec une garde au sol trop faible. Ce sera un compromis entre set-up 'terre' et 'asphalte'. C'est le rallye le plus difficile de l'année en termes de prise de notes.  C'est rapide et des sections à haute vitesse sont entrecoupées de petites crêtes. Mais soudain, le rythme peut changer et après une crête on peut tomber sur une série d'épingles. Il n'y a ni arbre ni buisson à utiliser comme repère, les notes doivent donc être hyper précises. Nous avons analysé les raisons pour lesquelles nous n'étions pas dans le coup au Mexique et nous avons récemment essayé divers options en tests en Sardaigne. Je suis confiant."

Jari - Matti Latvala (Ford WRT) : "En 2008, les routes étaient recouvertes d'une fine couche de sable, sur une surface dures et ça les rendaient glissantes dans le premier passage. Lors des seconds passages en spéciale, le sable avait été balayé et les routes étaient dures, adhérentes, à tel point qu'on pouvait voir des marques noires sur les zones de freinages ; comme de l'asphalte. Il a beaucoup plu récemment et j'espère trouver une surface plus souple et plus de 'gravette' cette année."

0
0