Red Bull Racing

Rallye de Suède : Sébastien Ogier au défi des Nordiques et de la neige

Ogier au défi des Nordiques et de la neige
Par AFP

Le 15/02/2018 à 15:58Mis à jour Le 15/02/2018 à 17:28

RALLYE DE SUEDE - Après son triomphe au Monte-Carlo, où il a décroché un cinquième succès consécutif, le Français Sébastien Ogier (Ford WRT) tentera de confirmer en Suède, de jeudi à dimanche, qu'il reste favori pour conserver sa couronne mondiale.

Sébastien Ogier, le quintuple tenant du titre mondial, aura fort à faire face à la meute de pilotes nordiques normalement plus à l'aise que lui sur une épreuve qui sera davantage enneigée que la dernière édition. Le seul rendez-vous du calendrier à se disputer dans des conditions 100% hivernales va offrir cette année de véritables murs blancs et glacés pour le plus grand plaisir des fans mais aussi des participants. "Des congères suffisamment hautes, c'est tout ce qu'un pilote désire avant cette épreuve", explique ainsi Ogier, lauréat en 2013, 2015 et 2016.

"Dans ces conditions, nous atteignons des vitesses incroyables et nous nous appuyons sur les talus pour nous guider dans certains virages", ajoute-t-il. "C'est un ressenti incroyable mais qui ne vient pas sans risque: l'art du pilotage sur neige oblige à être précis", prévient le Gapençais, qui veut "marquer de gros points" même s'il aura le désavantage d'ouvrir la route vendredi.

Outre son équipier gallois Elfyn Evans, en retrait il y a trois semaines, Ford WRT pourra également compter sur le Finlandais Teemu Suninen, qui va prendre part à la première des huit manches qu'il doit disputer en WRC cette saison pour l'équipe de Malcolm Wilson.

Latvala quadruple vainqueur

"Les Finlandais ont toujours été rapides ici et je ne serai pas surpris s'il décroche un bon résultat", juge le patron de M-Sport. Justement, grâce à son très fort ADN finlandais, Toyota WRT, dirigée par le légendaire Tommi Mäkinen et qui compte sur Jari-Matti Latvala et Esapekka Lappi, fait figure de grande favorite. Et la recrue majeure de l'intersaison, l'Estonien Ott Tänak, ne sera pas en reste dans sa Yaris. "Jari-Matti s'est imposé l'an dernier, Ott était le plus proche de lui et Esapekka a de bonnes sensations sur la neige, même s'il manque un peu d'expérience face aux autres", détaille Mäkinen.

Jari Matti Latvala au Rallye de Sardaigne.

"Nous sommes à la fois confiants et réalistes car il y a toujours des choses à améliorer", indique celui qui fut quadruple champion du monde de 1996 à 1999. "Ce sera un vrai défi disputé dans des vraies conditions hivernales et cela va bien sûr m'aider", assure de son côté Latvala, quadruple vainqueur de l'épreuve (2008, 2012, 2014, 2017). Citroën, qui engage exceptionnellement trois voitures, contre deux pour toute la durée du championnat faute de moyens financiers suffisants, est beaucoup moins attendue. Critiqué pour ses abandons répétés en 2017, son leader Kris Meeke, qui a pris sans briller la quatrième place du premier rallye de la saison, devrait se montrer à nouveau prudent.

Ostberg en reconquête

Le vétéran nord-irlandais, 38 ans, n'a jamais fait mieux que 7e en Suède en quatre participations. Son équipier irlandais Craig Breen a lui terminé 5e l'an passé. La structure dirigée désormais par Pierre Budar souhaite que les progrès de sa monture, qu'elle dit avoir enregistrés sur terre, se répercutent aussi sur la neige et la glace. Pour cela, la marque aux chevrons a fait appel en Suède à un spécialiste, le Norvégien Mads Ostberg, cinq fois sur le podium entre 2011 et 2016. Forcément motivé car lancé dans une quête pour retrouver un volant de titulaire en WRC, le pilote de 30 ans, qui avait quitté l'équipe française fin 2015, devra néanmoins se familiariser rapidement avec la C3.

"Avec les murs de neige présents cette année, les routes devraient être plus étroites, plus techniques aussi, et peut-être que nous les Scandinaves pourrons tirer un avantage de notre plus grande expérience de ces conditions", souligne Ostberg, quatrième du championnat en 2015. Enfin, après un Monte-Carlo décevant, Hyundai WRT, avec le Norvégien Andreas Mikkelsen et le Belge Thierry Neuville, sera revanchard au cours des dix-huit spéciales disputées autour de Torsby, dans les forêts bordant la frontière norvégienne.

0
0