Etape 1 : déclarations

Etape 1 : déclarations
Par Eurosport

Le 10/09/2010 à 16:09Mis à jour Le 10/09/2010 à 17:31

Voici ce qu'ont déclaré les protagonistes à l'occasion de l'Etape 1 du Rallye du Japon, vendredi.

Petter Solberg (Citroën Solberg, leader en 1h 13 min 31.2 sec) : "Je me sens très fatigué par la fièvre. Je me suis un peu déconcentré cet après-midi, j'étais un peu plus lent, peut-être trop prudent, mais je suis toujours en tête. Même si j'ouvrirai la route samedi, mes espoirs sont intacts."

Mikko Hirvonen (Ford WRT, 2e à 9.4 sec) : "J'ai vécu des rallyes difficiles ces derniers temps et je suis donc heureux de me retrouver en position de me battre pour la victoire. Je m'étais fixé comme tableau de marche d'augmenter progressivement mon rythme au fil de la journée. Je suis sûr que les adversaires qui me suivent au classement vont attaquer samedi, mais j'y suis préparé. Ce matin, la terre était parfois très meuble ou très glissante. A certains endroits, on avait l'impression que la voiture aurait pu rester bloquée dans les ornières. Les spéciales de samedi présentent les mêmes caractéristiques. Je partirai de nouveau en seconde position. Visiblement cela ne m'a pas handicapé aujourd'hui et nous verrons ce qu'il en sera pour la suite."

Jari-Matti Latvala (Ford WRT, 4e à 22.4 sec) : "Je pensais avoir une bonne cadence, sans prendre de risques, dans la première spéciale mais je ne recevais pas les temps partiels de mes adversaires. J'ai été surpris par leurs chronos à l'arrivée de la spéciale. J'aurais pu aller plus vite. C'était frustrant. J'avais de bonnes sensations quand le revêtement était souple avec des ornières. Il y avait des passages assez curieux où les virages étaient longés de grands talus, un peu comme sur un circuit de motocross, et dont je me servais pour conserver ma vitesse. Je me sens bien au volant de la voiture et je veux remonter au classement demain. Mais les écarts sont serrés et cela ne sera donc pas facile."

Sébastien Ogier (Citroën WRT, 3e à 21.3 sec) : "Je me suis tout de suite senti à l'aise (ES3). Dans ces moments, je fais confiance à mon feeling et j'attaque à fond ! Evidemment, nous sommes un peu désavantagés par le balayage, mais c'est un bon début pour notre premier Rallye du Japon. Je n'ai pas forcé dans la dernière spéciale, au cas où mes adversaires auraient voulu me laisser ouvrir la route samedi. Je suis content de ma journée et de ma position. Pourtant, je n'apprécie pas vraiment ces spéciales et ces conditions. Je ne sais pas encore si je serai en mesure de jouer la victoire jusqu'au bout, mais notre retard d'une vingtaine de secondes ne nous interdit rien…"

Sébastien Loeb (Citroën WRT, 6e à 54.5 sec) : "Le balayage n'explique pas la totalité de notre retard ! (24 sec dans l'ES3) Je ne sais pas dire si cela vient de moi qui n'était pas encore dans le rythme ou des réglages de la voiture qui ne sont pas parfaits. J'avais le sentiment de ne pas avoir de grip dans les virages rapides : difficile de faire des temps ! Nous avons surtout perdu du temps dans l'ES3, mais nous n'avons pas été en mesure de rivaliser dans les deux spéciales suivantes. L'équipe a trouvé une faiblesse sur un amortisseur à l'assistance : cela pourrait expliquer mon manque de feeling. (Après l'ES6) J'essaie d'attaquer au maximum, j'ai l'impression de bien conduire et je me sens bien avec la voiture. Pourtant, je vois inexorablement mon retard augmenter. Ne tirons pas de conclusions hâtives, nous verrons samedi si notre position sur la route expliquait les écarts constatés aujourd'hui. Je me souviens que j'avais 1 min 30 sec de retard au soir de la première étape du Rallye du Mexique. Pourtant, j'ai gagné. Il faut peut être encore compter sur nous..."

Dani Sordo (Citroën Junior, 5e à 36.5 sec) : "Les routes sont belles, avec des passages très rapides et étroits. Je ressentais un peu de sous-virage sur ma voiture et, du coup, j'ai perdu du temps dans les parties les plus sinueuses du chrono suivant. Le second tour ne sera pas plus simple, mais il faut continuer à rouler vite pour rester dans le groupe de tête. Nous avons tenté de perdre un minimum de temps mais la voiture était moins efficace. Je suis très heureux d'avoir pu rallier l'assistance de Sapporo et, vu le classement, nous ne nous en sommes pas mal sortis. Demain, nous aurons une bonne position de départ. Nous allons attaquer !"

Kimi Räikkönen (Citroën Junior, 10e à 4 min 03.1 sec) : "L'équipe a fait du bon travail à l'assistance. Il me reste encore beaucoup à apprendre pour aller vite sur ce genre de routes. J'aborderai la deuxième journée en confiance grâce à la progression de cet après-midi."

Cédric Mazenq (Citroën Junior, ingénieur de Kimi Räikkönen) : "Durant l'assistance de mi-journée, nous avons changé le différentiel avant, modifié la hauteur de caisse, les raideurs de ressorts et touché à quelques réglages. Cet après-midi, Kimi se sentait plus à l'aise. En l'absence d'essais spécifiques pour ce rallye, nous avons eu besoin de cette demi-journée pour qu'il trouve des réglages adaptés à son pilotage."

Clément Mitchell (Citroën Racing, l'ingénieur de Dani Sordo) : "Toute l'huile de la boîte de vitesses s'est progressivement échappée. Il (Sordo) a ainsi perdu l'efficacité du différentiel avant. Par son pilotage, il a très bien compensé le sous-virage. Nous nous attendions à ce qu'il perde plus de temps..."

Benoit Nogier (Citroën Racing, team manager) : "L'équipe a très bien travaillé sur la C4 WRC de Kimi [Räikkönen]. Il a pu s'exprimer davantage dans la seconde boucle en profitant d'une voiture plus confortable. En revanche, nous déplorons un problème technique sur la voiture de Dani. Il a montré tout son caractère en gérant une situation compliquée. Entre chaque spéciale, il cherchait à solutionner le problème. Son attitude positive nous incite à l'optimisme. Dani aura une bonne position demain et j'espère qu'on le retrouvera sur le podium dimanche midi !"

0
0