Nuit magique au Turini

Nuit magique au Turini
Par AFP

Le 22/01/2012 à 10:07Mis à jour Le 22/01/2012 à 11:04

Sébastien Loeb (Citroën WRT) n'oubliera pas son passage dans le col de Turini de nuit, samedi. En leader confortable du Monte-Carlo, salué par une foule immense et chaleureuse.

Sébastien Loeb (Citroën WRT) n'était plus qu'à une épreuve spéciale, soit 5 km, d'une 6e victoire dans le Rallye Monte-Carlo, samedi soir, quand il est rentré au port de Monaco après avoir parfaitement géré les quatre épreuves spéciales de la 4e journée. "C'était vraiment génial de rouler ce soir, en étant tête du rallye et en essayant de se diriger vers une victoire. L'ambiance dans le Turini était impressionnante, avec des fumigènes et des feux d'artifice. Il y a toujours un bel enthousiasme, c'est vraiment chaud et ça fait plaisir", a dit l'octuple champion du monde qui n'était plus passé au fameux col de Turini, en course, depuis l'édition 2002.

Le Français a 2 minutes 41 secondes d'avance sur Dani Sordo (Mini WRC) et trois minutes sur Petter Solberg (Ford WRT), auteur de trois temps scratch sur quatre (ES15 à ES17), qui a failli tout perdre quand il s'est fait arrêter de longues minutes par les gendarmes sur le chemin du retour.

Heureusement pour l'intérêt sportif, le blond Petter, résident monégasque, a réussi à pointer juste à temps à l'entrée du parc fermé. Sa belle série de temps scratch lui a permis de repousser à plus d'une minute Mikko Hirvonen (Citroën WRT), qui avait bien commencé en signant le meilleur temps dans l'ES14, son 3e d'affilée, puis s'est un peu raté dans le 2e passage du Turini (ES16). "C'est de ma faute, les pneus étaient froids et j'ai fait une erreur stupide", a dit Mikko. "Petter a encore 30 secondes d'avance, donc il faudrait que je prenne beaucoup de risques pour aller le chercher", disait-il avant de repartir pour la deuxième boucle de deux spéciales, déjà prêt à se contenter de cette 4e place pour sa première course chez Citroën.

Elena : "Trois points à prendre"

Loeb a joint l'utile à l'agréable et s'est amusé à compter, avec son copilote monégasque Daniel Elena, le nombre de kilomètres de files de voitures de spectateurs alignées en bord de route, avant et après les spéciales, dans l'arrière-pays niçois. "Il y avait beaucoup de monde", a dit "Danos", qui connaît par coeur l'histoire de son épreuve-fétiche et a salué, en passant, la foule massée au col de Turini.

Il ne reste plus qu'une seule spéciale à disputer, dimanche matin à l'heure de la messe, dans le Col de la Madone, une Power Stage de 5 km attribuant des points de bonus aux trois meilleurs pilotes. L'Alsacien pourrait se contenter de la terminer sans forcer, mais son copilote est d'un avis différent. "Ça fait deux jours qu'on assure et dimanche il faut attaquer. De toute façon, Seb ne sait pas rouler doucement, donc il faut qu'il attaque pour rester concentré. On va arriver motivés parce que trois points à prendre, ça peut être important dans la perspective du championnat".

Deux autres Français complètent le Top 7 provisoire avant cette dernière spéciale: le vétéran François Delecour (Ford M-Sport), 6e à 49 ans, et le jeune Corse Pierre Campana (Mini FFSA), 7e à 26 ans. Ils n'ont plus qu'une idée en tête: rentrer à bon port, dimanche sur le coup de midi.

0
0