Sébastien Loeb ne voulait pas rater le virage de la révolution hybride en Mondial des rallyes. Même à 48 ans, l'âge des prises de participations plus axées sur le plaisir, avec la conviction qu'on peut encore le faire. Même tout droit sorti des pistes sablonneuses du Dakar, qui le placent pour l'heure sur le podium en Arabie saoudite.
En féru de technique, le nonuple champion du monde voulait goûter à ce futur qui s'écrira sans lui. Infatigable, il avait entamé des essais avec la nouvelle Puma de Rallye 1 pour en savoir plus sur ses nouveaux monstres requérants de la mise au point et un style de pilotage différent. Un reset en somme, renforcé par la retraite de Daniel Elena, le complice de ses 79 victoires en Championnat du monde, écœuré par sa mise à l'écart du programme Dakar par Prodrive, en mars 2021.
Rallye Monte Carlo
47 ans, n°1 mondial, 925 scratches... Loeb, l'inoxydable machine à records
24/01/2022 À 19:25

"On se connaît depuis longtemps"

Orphelin du Monégasque, "Seb" s'est donc mis à la recherche d'un nouveau navigateur. Pas longtemps. L'esprit ouvert, il a porté son choix sur une copilote, Isabelle Galmiche, quasi inconnue au plus haut niveau - "C'est vrai que l'on me connaît peu, je suis plutôt effacée" avoue-t-elle - mais pas de l'historique pilote Citroën, loin de là.
"On se connaît depuis longtemps, nous nous sommes rencontrés lorsque l'on faisait les formules de promotion Citroën avec Laurent (Viana, son compagnon) et nous sommes devenus amis au fil du temps, explique la Franc-Comtoise de 50 ans, dans les colonnes d'Auto-Hebdo. Depuis 2012, Seb m'a souvent sollicitée pour des séances d'essais lorsque Daniel n'était pas disponible. Il me fait confiance. Il connaît mon sérieux et mon implication."
Que les fans de Sébastien Loeb se rassurent, Isabelle Galmiche ne va pas découvrir le Monte-Carlo. Elle connaît les pièges de ses conditions de route allant de paire avec les changements de météo. Elle a participé à son premier rallye en Mondial en 2007 (au Portugal) et couru l'épreuve princière en 2009. Elle était aussi dans la voiture ouvreuse en 2019 et 2020, en charge avec son pilote Patrick Magaud d'apporter les dernières annotations au carnet de notes de l'équipage Loeb-Elena.

"Ses notes sont claires"

Pas d'inquiétude donc : elle connaît toutes les subtilités des annonces de Daniel Elena. "Globalement, tous les pilotes travaillent avec des angles (de virages), c'est le cas de Seb", précise-t-elle dans l'hebdomadaire paru mercredi.
En fait, c'est l'équipage qui a popularisé il y a plus de 20 ans ce système de description des virages en termes d'angle (et de vitesse), et l'a imposé au fil de ses succès à l'ensemble des équipages. "Ses notes sont claires, précises avec les distances, il y a une description complète de la route", souligne Isabelle Galmiche.
Avec 296 kilomètres répartis en 17 spéciales (du 20 au 23 janvier) plus conformes à l'histoire de l'épreuve et un retour à la célèbre "Nuit du Turini", l'équipage Sébastien Loeb - Isabelle Galmiche avance vers un Monte-Carlo ouvert, dans lequel l'entente comptera. Une occasion à saisir sachant que Sébastien Ogier a dû chercher l'automne dernier suite au retrait de Julien Ingrassia, avec qui il a partagé ses huit titres mondiaux.
Rallye Monte Carlo
Loeb - Ogier, le grand manège et la fin de l'attraction
24/01/2022 À 18:40
Rallye Monte Carlo
Loeb remporte le Monte-Carlo pour la 8e fois
24/01/2022 À 11:52