La Marche Turque

La Marche Turque
Par Citroën Racing

Le 21/06/2004 à 11:00Mis à jour

Le Rallye de Turquie, 7e manche du Mondial WRC disputée ce week-end, soulève comme dans toutes les équipes moult interrogations chez Citroën.

Ultime échelon de la première trilogie méditerranéenne, cette marche turque pourrait être la plus difficile à gravir. Avancé d'un mois, le Rallye de Chypre a dérogé à sa réputation caniculaire. La pluie s'est brièvement invitée à l'Acropole, couru par un temps qui selon les Grecs eux-mêmes "n'était pas de saison" . Le Rallye de Turquie, à cheval sur février et mars lors de sa première édition mondiale est décalé de quatre mois. Quelle sera la température, fin juin, dans les spéciales tracées au pied du massif Beydaglari, sur le plateau dominant tel un balcon la Méditerranée et le parc d'assistance de Kemer ? Première question !

Nouveau Michelin

En raison des similitudes du terrain turc avec ses homologues chypriote et grec, et du laps de temps très court entre les épreuves, la préparation technique de l'équipe Citroën a été pour partie commune avec celle des deux rallyes précédents. Sur cette base, le "set-up" des Xsara pour le Rallye de Turquie a été affiné en fonction de la somme d'enseignements recueillis l'an dernier, avec un travail tout particulier sur les amortisseurs. Cette préparation s'est conclue par une séance d'essais dans la région de Nîmes, journée spécialement dédiée au nouveau pneumatique Michelin TDE. Sébastien Loeb était au volant et a jugé encourageante la progression notée.

0
0