Si vous cherchez un pilote ayant tout gagné en FIA World Touring Car Cup, ne cherchez pas plus loin. A 51 ans, Yvan Muller a décroché tous les records lors de l'ère du WTCC, et a terminé la première saison du WTCR - FIA World Touring Car Cup en 2018 à trois petits points du titre après un final à suspense dans les rues de Macao.
"Mon succès est une combinaison de plusieurs choses mais il n'y a pas de secret, c'est juste du travail, du travail et encore du travail".

Lors de sa deuxième année de WTCR, en 2019, Muller est passé dans le giron Lynk & Co et a remporté quatre victoires après une fin de saison de haut vol, marquant des points cruciaux pour que Cyan Racing Lynk & Co remporte le titre des équipes.

Le pilote tricolore a de nouveau gagné des courses de WTCR en 2020, mais au cours d'une campagne écourtée par la pandémie de COVID-19, Muller s'est concentré sur son rôle de soutien de son neveu, Yann Ehrlacher, afin de l'aider à devenir le roi du WTCR. Pour la 13e fois de sa carrière en FIA World Touring Car, Muller a terminé dans le top 3, prenant la deuxième place du championnat au volant de sa Lynk & Co 03 TCR équipée de Goodyear.

Avant sa troisième saison de WTCR avec Cyan Racing Lynk & Co, Muller s'est exprimé.

Après avoir accompli tant de choses au cours de votre carrière en FIA World Touring Car, qu'est-ce qui vous pousse à repartir ?
"J'ai pris ma retraite en 2016, 2017 était ma saison de repos et mon plan était de ne pas revenir. Mais ensuite, lorsque nous avons eu l'opportunité en WTCR avec mon équipe en 2018, je l'ai fait parce que c'était pour mon équipe et j'ai réalisé que j'étais encore performant et que j'avais encore du plaisir à courir, donc je l'ai fait. Être avec Yann et partager quelque chose avec lui est une bonne motivation pour le faire aussi."

La saison dernière, lorsque Yann a remporté le titre et que vous avez terminé deuxième, la sensation était-elle spéciale ?
"C'était très spécial. Depuis qu'il a commencé à courir, c'était notre objectif et nous l'avons atteint. Croyez-moi, j'étais aussi heureux de le voir gagner le titre que si c'était pour moi. Mon objectif toute la saison était celui-là, ce n'était pas de gagner un autre titre pour moi. Pour ajouter la cerise sur le gâteau, j'ai terminé deuxième du championnat, c'était donc fantastique".

Maintenant que Yann est devenu le roi du WTCR, est-ce que cela change votre approche et vous encourage à aller chercher un cinquième titre FIA World Touring Car en 2021 ?
"Je ne sais pas pour le moment. Vraiment, mon objectif cette année est de faire comme je le fais toujours, en essayant de faire de mon mieux et de voir ce qui se passe à la fin de la saison."

Avec le recul, vous détenez un record phénoménal puisque vous avez terminé dans le top 3 dans presque toutes les saisons de FIA World Touring Car auxquelles vous avez participé. C'est un bel exploit, non ?
"C'est la chose dont je suis le plus fier depuis que je suis dans la course automobile. Lors de ma première saison, en 2006, j'ai terminé quatrième, puis toutes les autres saisons auxquelles j'ai participé, j'étais dans le top 3. Et ce, avec de nombreuses voitures, équipes et constructeurs différents. J'ai également remporté quatre titres de pilote et nous avons aussi célébré quelques titres de constructeur. À un moment donné, avec des résultats comme ça, ça vous fait penser que vous ne pouvez pas être mauvais."

Alors, qu'est-ce qui fait de vous un si bon pilote de voiture de tourisme ?
"Mon succès est une combinaison de plusieurs choses, mais je ne dirai pas tout, peut-être un jour, mais pour le moment je garde cela pour moi et mes coéquipiers. Mais il n'y a pas de secret, c'est du travail, du travail et encore du travail. C'est ce qu'il faut faire."

Jusqu'à quel point Yann peut-il devenir un bon pilote, il n'a que 24 ans après tout ?
"C'est difficile à dire pour l'instant. Bien sûr, il est jeune et son expérience est déjà grande pour son âge. Et sa victoire de l'année dernière va beaucoup l'aider, mais l'avenir nous le dira."

Il y a deux autres pilotes en compétition dans le giron Lynk & Co en WTCR, Thed Björk et Santiago Urrutia. Comment évaluez-vous leurs chances pour cette saison ?
"Thed a déjà été champion du monde et a les capacités, nous le savons très bien. Santi a montré de bonnes choses l'année dernière lors de sa première saison et il doit maintenant confirmer ce potentiel."

Comment se présentent vos plans pour la nouvelle saison en termes de tests ?
"Pas mal, mais pendant les essais, il est toujours difficile de dire où nous en sommes en termes de performance, car nous roulons seuls, sans autre équipe, et nous ne faisons pas vraiment de tests. Nous verrons où en est notre performance lors de la première course. "

Quels changements ont été apportés pour cette année ?
"Nous n'avons pas fait beaucoup de changements parce qu'il y a la règle d'homologation, nous avons déjà fait deux saisons avec la voiture et il n'y a pas grand chose à faire et il n'y a pas grand chose que nous pouvons faire de plus. C'est sûr que nous avons une meilleure vue sur les pneus Goodyear, c'était le plus gros changement l'année dernière. Nous apprenons encore des choses bien sûr, mais nous avons une année avec l'expérience de ce pneu maintenant."

Un calendrier plus traditionnel est prévu pour 2021 et cela signifiera un retour - espéré - sur certains des sites classiques qui n'avaient pas pu être visités l'année dernière. Qu'est-ce que cela signifie pour vous ?
"Je suis vraiment impatient de revoir les courses en Asie, car nous en avons besoin. L'année dernière a été une saison particulière mais j'espère que les choses pourront être meilleures cette année. Le WTCR est une série mondiale et nous devrions sortir d'Europe, j'espère donc que ce sera possible."

L'un de ces sites traditionnels est Macao, où vous avez gagné deux fois en 2019. Dans quelle mesure un retour à Macao serait-il bénéfique pour vous ?
"Bien sûr, Macao est l'un des circuits où nous aimons aller, mais plus vous êtes âgé, plus ce type de circuit urbain est difficile."

En dehors de vos engagements en WTCR, vous dirigez également votre propre équipe. Qu'est-ce qui est prévu pour 2021 ?
" Nous faisons juste les Ligier European Series, le Trophée Andros en course sur glace et des track days, le reste nous l'avons arrêté à cause de la situation [avec la COVID-19]. Mais je ne suis que le directeur de l'équipe, je ne pilote pas. Pour les track days, nous réservons certains circuits et les gens pourront venir avec leur propre voiture et piloter toute la journée ou louer une voiture auprès de mon équipe. C'est plus pour s'amuser, mais si les gens veulent améliorer leur technique, je peux aussi les aider. Je peux les guider et les coacher, mais je ne m'assieds pas sur le siège passager. Vous pouvez tout découvrir surMracingexperience.com."

PLUS D'INFOS SUR YVAN MULLER : REVISITEZ WTCR FAST TALK, LÉGENDE DU TOURING CAR POUR QUI LA RETRAITE N'ÉTAIT PAS VRAIMENT SYNONYME DE RETRAITE
"Pour moi, il n'était pas prévu de piloter à nouveau. Mais nous devions apprendre le WTCR en vue de l'arrivée de Lynk & Co en 2019. J'ai donc décidé de faire ma propre équipe avec Thed Björk dans une voiture et mon neveu Yann Ehrlacher dans l'autre. L'idée pour moi était de me concentrer sur la gestion de l'équipe, mais le sponsor de l'époque m'a dit "nous sommes prêts à vous sponsoriser, mais nous vous voulons dans l'une des voitures". J'ai dit : "Si c'est la seule chance pour moi, en tant qu'équipe, d'être dans le championnat, alors je dois remettre mon casque". Heureusement, Yann avait un contrat avec une autre équipe."

Première partie :https://www.youtube.com/watch?v=091AmnXsWKc
Deuxième partie :https://www.youtube.com/watch?v=hVAxFoZ9kUY
WTCR
Prochain rendez-vous en Hongrie, nouvelle date attendue pour la WTCR Race of Italy
16/07/2021 À 20:39
The post En attendant la reprise du WTCR : Q&R avec Yvan Muller appeared first on FIA WTCR | World Touring Car Cup.
WTCR
Un dépassement sur Muller en point d’orgue d’une remontée de 13 places pour Huff en WTCR
15/07/2021 À 16:11
WTCR
Le Roi du WTCR Ehrlacher se rapproche du sommet dans la course au titre
15/07/2021 À 16:00