Combattant né, Mikel Azcona faisait partie d'une nouvelle génération de jeunes pilotes talentueux lors de son arrivée en WTCR - FIA World Touring Car Cup en 2019.
"Je sens que je suis dans un très bon moment, à un bon niveau, mais en même temps j'ai une grande fenêtre pour m'améliorer et apprendre".

Il a souligné son potentiel en remportant une course dans les rues de Vila Real au cours de sa première saison et est revenu d'un début de campagne 2020 difficile pour remporter la victoire à domicile au MotorLand Aragón, une première victoire en WTCR pour Zengő Motorsport et la CUPRA Leon Competión chaussée de Goodyear.

Avec des essais hivernaux à son actif et l'arrivée de deux coéquipiers très expérimentés dans les rangs de Zengő Motorsport, Jordi Gené et Rob Huff, l'ancien champion du TCR Europe est peut-être encore un jeune homme de 24 ans, mais c'est un grand favori dans la course au titre WTCR de cette saison.

Vous êtes sur le point de débuter votre troisième saison en WTCR et votre troisième sur CUPRA. Comment vous sentez-vous ?
"Je suis très, très heureux de continuer dans cette série de haut niveau et je suis également très heureux de continuer avec CUPRA. C'est la marque avec laquelle j'ai grandi, ils m'ont donné l'opportunité de piloter en WTCR en 2019 et chaque année, nous nous sommes améliorés ensemble. Nous avons beaucoup plus d'expérience maintenant et je suis sûr que nous pouvons nous battre pour de belles choses encore cette année."

L'effectif de l'association CUPRA-Zengo sera non seulement renforcé par Bence Boldizs et Rob Huff, mais aussi par Jordi Gené. Quel impact peut avoir ce dernier compte tenu de sa grande expérience et de ce qu'il a réalisé dans le passé ?
"C'est une bonne chose pour mon équipe et pour moi-même. Jordi est très expérimenté, je regardais ses courses lorsqu'il pilotait en WTCC avec SEAT. Je suis très fier de l'avoir comme coéquipier. Nous pouvons avoir plus d'informations et faire de meilleurs résultats ensemble. Cela me rend encore plus motivé. Avec les kilomètres d'essais de pré-saison, nous sommes mieux préparés que l'année dernière. Et je suis en très bonne forme physique et mentale, donc je pense que cette année va être géniale."

Vous avez vécu un début de saison difficile la saison dernière, mais vous semblez beaucoup plus confiant maintenant, n'est-ce pas ?
"L'année dernière a été très difficile au début. Nous sommes allés à Zolder avec zéro kilomètre avec la voiture sur les pneus Goodyear, zéro kilomètre avec l'équipe, aucun réglage, nous ne connaissions même pas la piste. C'était vraiment dur et nous nous battions pour les dernières places. Cette année est totalement différente. Nous avons fait des essais et nous nous préparons d'une manière différente. Nous savons tous que nous pouvons nous battre pour les trois premières places parce que je suis beaucoup plus confiant avec la voiture, elle est très performante et je la connais assez bien maintenant. J'en sais beaucoup plus sur les réglages, comment les pneus fonctionnent, tout. Nous allons partir sur la Nordschleife avec tout le travail accompli et c'est très important pour nous."

En plus d'être plus confiant, vous semblez beaucoup plus détendu et sans stress. Est-ce vrai ?
"C'est tout à fait vrai. Lorsque j'étais à Zolder en septembre dernier, toutes les autres voitures étaient sur le circuit, mais ma voiture était encore sur l'autoroute en provenance de Barcelone. J'étais très stressé à ce moment-là. Cette année, la situation est totalement opposée et je suis plus détendu. Je me sens fort, je sens qu'en tant qu'équipe avec Jordi j'apprends beaucoup de lui parce que c'est un pilote très expérimenté. Il sait très bien comment mettre en place les réglages de la voiture et faire les changements sur la voiture. Pour moi, c'est un expert et toute l'équipe peut profiter de cette opportunité qu'il nous offre pour progresser encore un peu plus."

Vous avez réalisé un certain nombre de très bonnes performances depuis que vous avez rejoint le WTCR en 2019. Avez-vous le sentiment d'être le meilleur que vous puissiez être maintenant ou y a-t-il encore une marge de progression ?
" Je ne pense pas être le meilleur que je puisse être. Je sens que je suis dans un très bon moment, à un bon niveau, mais en même temps j'ai une grande fenêtre pour m'améliorer et apprendre. Du côté de la course, je vois [Yvan] Muller, [Gabriele] Tarquini, [Rob] Huff, qui pilotent en World Touring Cars depuis 20 ans et je ne peux pas imaginer à quel point ils sont expérimentés. Bien sûr, je m'améliore chaque année. L'année dernière, avec les gros problèmes que nous avons eus avant le début de la saison, c'était très difficile pour moi. Mais j'ai senti que j'avais vraiment, vraiment beaucoup progressé sur la façon d'améliorer la voiture, de préparer une nouvelle voiture, de régler la voiture d'une manière différente."

Auparavant, vous avez parlé de vos craintes de ne pas être le même pilote après Zolder. Vous avez clairement démontré votre maturité et votre force mentale pour revenir d'une situation difficile. Êtes-vous d'accord ?
"Oui, oui, bien sûr. Comme je l'ai dit à Zolder, mentalement et psychologiquement, c'était très dur pour moi après ce week-end de course. Je ne m'attendais pas à un bon résultat sans essais, mais je ne m'attendais pas non plus à la dernière place. Je poussais à 200% et je me suis retrouvé en dernière position, ce qui a été un moment difficile pour moi. J'ai pensé que je n'étais peut-être pas au même niveau élevé que j'avais atteint en 2019 et je me suis demandé ce qui se passait. Je pousse au maximum et les résultats ne viennent pas. Les deux premières courses ont été vraiment, vraiment difficiles pour moi, honnêtement. Je me préparais de plus en plus que d'habitude à la maison sur le simulateur, je travaillais comme un fou en regardant les vidéos embarquées, juste pour essayer d'éviter les mauvais résultats et d'être en première position le plus rapidement possible. Le week-end suivant, sur la Nordschleife, nous avons commencé à progresser un peu et nous avons effectué quelques bons dépassements. A partir de là, j'ai commencé à me sentir un peu mieux."

En tant que pilote, quelle est votre meilleure qualité et quels sont les domaines que vous devez améliorer ?
"Ma principale qualité en tant que pilote est la bonne capacité à aller vite avec une nouvelle voiture sur une nouvelle piste. Dans les tout premiers tours sur un nouveau circuit, je vais très vite et j'apprends la piste très facilement et je peux aller à la limite très rapidement et très facilement et c'est une bonne chose pour moi. Je suis aussi un très bon performer en qualifications. Ce que je dois améliorer en course, c'est la gestion des pneus. Je ne suis pas le meilleur pilote dans ce domaine et c'est un défi pour moi de m'améliorer un peu dans ce domaine."

Il est juste de dire que votre capacité à réaliser des dépassements "cliniques" est particulière. Quel est votre secret ?
"Je pense que je suis assez bon en dépassements, c'est vrai. Mais c'est très difficile en WTCR parce que tous les pilotes sont à un niveau très élevé. Les voitures, les pilotes, les équipes, tout est au même niveau et doubler en course est très compliqué. Même si vous ne le voulez pas, vous pouvez avoir un contact avec d'autres voitures parce que le pilote qui est devant ne veut pas céder sa position et tout est très proche. Cela signifie qu'il y a quelques contacts, mais c'est normal en course. Mais pour bien doubler, il faut étudier la voiture qui précède et voir l'espace où mettre la voiture. Je pense que je suis bon dans ce domaine."

C'était une année chargée pour vous l'année dernière en termes de nombre de courses que vous avez faites. A quel point l'année 2021 va-t-elle être chargée ?
"Ce sera une année super chargée pour moi, trois séries et la plupart des week-ends, je serai occupé. Cela va être un défi en même temps parce que ce sont des voitures différentes et des catégories différentes tout le temps et il y a aussi les essais donc presque toutes les semaines je suis loin de chez moi. Ce n'est pas facile de piloter des voitures différentes dans des séries différentes, mais en même temps, je progresse très vite en tant que pilote. Dans la série PURE ETCR, je n'arrive pas à y croire car je suis le coéquipier de Mattias Ekström, mais aussi de Jordi Gené, et Mattias Ekström est pour moi comme une idole. J'ai hâte de commencer à piloter avec lui et d'être plus compétitif grâce à lui. Mes coéquipiers du WTCR sont également très forts, et je suis vraiment motivé par cette situation. Je suis impatient de commencer et de faire de mon mieux."

Quel genre de défi représente le fait de combiner le PURE ETCR et le WTCR le même week-end ?
"J'y ai beaucoup réfléchi et il est certain que ce ne sera pas facile car les deux séries et les deux voitures sont totalement différentes. Vous pouvez avoir un très bon feeling avec la voiture de WTCR, en allant à la limite, en freinant à la limite. Mais ensuite, après 30 minutes, vous passez à une autre voiture sur le même circuit et la référence de freinage est différente et la vitesse dans les virages est différente. Cela signifie que vous devez vous adapter très rapidement et ne pas perdre de temps en changeant de voiture, en changeant de point de freinage. Il va être facile de faire des erreurs mais il est évidemment important de ne pas en faire."
WTCR
Prochain rendez-vous en Hongrie, nouvelle date attendue pour la WTCR Race of Italy
16/07/2021 À 20:39
The post En attendant le WTCR 2021… Entretien avec Mikel Azcona appeared first on FIA WTCR | World Touring Car Cup.
WTCR
Un dépassement sur Muller en point d’orgue d’une remontée de 13 places pour Huff en WTCR
15/07/2021 À 16:11
WTCR
Le Roi du WTCR Ehrlacher se rapproche du sommet dans la course au titre
15/07/2021 À 16:00