From Official Website

Tarquini et SEAT champions

Tarquini et SEAT champions
Par Eurosport

Le 22/11/2009 à 07:15Mis à jour

Pour la première fois de sa carrière, Gabriele Tarquini (SEAT Leon TDI) est devenu champion du monde de WTCC, le constructeur espagnol SEAT étant couronné chez les constructeurs. A 47 ans, l'Italien devient le plus champion du monde FIA de l'histoire. Yvan Muller (SEAT Leon TDI) est son dauphin.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Depuis sa création il y a six ans, le championnat du monde WTCC a toujours rendu son verdict à Macao. 2009 n'a pas dérogé à la tradition. Mais à l'inverse de 2008, Gabriele Tarquini (SEAT Leon TDI) a devancé Yvan Muller (SEAT Leon TDI). A 47 ans, l'Italien devient le plus vieux champion de l'histoire de la FIA. "Ça faisait très longtemps que je l'attendais", s'est exclamé le Transalpin, à l'issue d'une course interrompue au drapeau rouge à trois tours du terme, suite à un accident spectaculaire entre Felix Porteiro (BMW), Franz Engstler (BMW) et Andre Couto (SEAT Leon). "J'étais concentré dans ma voiture, prêt à repartir. Quand j'ai vu tout le monde sourire et certains pleurer, j'ai compris que la course ne repartirait pas", a expliqué Gabriele, qui occupait alors la 5e place.

Un an après avec goûté au sacre mondial, Yvan Muller termine cette fois à la place du battu. Quatrième sur la grille lors de la course 2, l'Alsacien a rapidement dépassé son coéquipier Tiago Monteiro mais n'a rien pu faire face aux BMW sur un circuit où il est quasiment impossible de dépasser. Tout sourire sur le podium, le champion du monde 2008 a confié qu'il n'était "pas trop déçu". "Gabriele (Tarquini) est un ami et un grand champion. Il y a beaucoup de respect entre nous. On a vécu de belles émotions ensemble tout au long de la saison. Bien sûr, j'aurais préféré gagner mais quite à ne pas gagner, je préfère que ce soit Gabriele le champion", a déclaré Muller, avec une grande dignité.

BMW fait la grimace

Détendu et heureux, le visage du Français contraste avec ceux de ses deux prédécesseurs à l'arrivée de la course 2. Malgré le doublé de BMW (Farfus devant Müller), le constructeur allemand a laissé échapper pour la deuxième année consécutive les deux couronnes mondiales. Eliminé de la course au titre pilote lors de la première manche, Augusto Farfus s'était laissé dépasser pour terminer 8e et partir en pole lors de la course 2. Stratégie payante mais inefficace puisque les SEAT n'ont pas commis d'erreur. "C'était une saison fantastique. Malheureusement, nous n'avons pas été compétitifs lors des toutes premières courses. Nous nous attendions à remporter au moins l'un des deux championnats", a admis le Brésilien, auteur de six victoires en 2009.

Même son de cloche chez son coéquipier allemand Jörg Müller qui parle "d'émotions mélangées". "Nous sommes assez tristes. Nous voulions tout fait pour ramener le titre constructeurs", a avoué "l'animal". Qu'il s'agisse de Farfus ou de Müller, les deux pilotes ont aussi évoqué leur avenir en WTCC, avec la même réponse : "Je ne sais pas mais j'espère rester chez BMW". L'avenir du constructeur allemand est toujours incertain pour la saison 2010, tout comme celui de SEAT qui prendra une décision dans le courant de la semaine prochaine. Des rumeurs de plus en plus insistantes envoient néanmoins Yvan Muller chez Chevrolet, à la place de Nicolas Larini, qui a annoncé son départ samedi.

Muller, la boîte après "la boîte"

La saison s'est donc terminée sur un bémol. Trois nouveau pilotes vont passer par le centre hospitalier. Si Andre Couto et Felix Porteiro se sont sortis indemnes du carton de la course 2, l'état de Franz Engstler était plus préoccupant. Cet incident s'ajoute à celui de vendredi où Yvan Muller, Gabriele Tarquini et James Thompson avaient été évacués sur une civière. Si le Britannique n'a pas pris le départ dimanche, les deux pilotes SEAT ont serré les dents durant les deux courses. "J'ai mal partout", a assuré le Français après la deuxième manche. "C'est quand même amusant de se retrouver maintenant avec Gabriele après avoir passé notre vendredi ensemble à l'hôpital. Maintenant on va aller dans un club boire un bon verre."

Ambiance tout aussi détendue pour Tarquini qui réalise seulement qu'il est passé tout prêt de l'échec. "J'ai été deux fois à l'hôpital vendredi ! Quand j'ai vu dans quel état était la voiture, je me suis dit que le championnat était terminé. Mais l'équipe a fait un travail fantastique, tout était réparé et la voiture fonctionnait super bien", a conclu le nouveau champion du monde.

0
0