Mikel Azcona se prépare pour la saison à venir en espérant plus de succès en WTCR – FIA World Touring, Car Cup après avoir conclu 2020 avec plus de départs et plus de victoires que tout autre pilote de la catégorie TCR.
L’Espagnol de 24 ans a remporté sa première victoire en WTCR, sur sa CUPRA Leon Competición équipée de Goodyear, lors de la WTCR Race of Spain en novembre dernier, victoire qui était aussi la première dans la catégorie pour l’équipe Zengő Motorsport basée en Hongrie.
En plus de son triomphe en WTCR sur le MotorLand Aragón, Azcona a signé dix autres victoires en 32 départs en WTCR, TCR Europe, TCR Italy et dans le Campeonato de España Resistencia. Et sur ses 11 week-ends en piste, huit ont été consécutifs.
WTCR
Prochain rendez-vous en Hongrie, nouvelle date attendue pour la WTCR Race of Italy
16/07/2021 À 20:39
Cela vous a-t-il fait du bien de courir si souvent ?
“J’ai beaucoup aimé, on pilote presque tous les jours et c’est une très bonne chose, car on progresse en permanence. Mais en même temps, spécialement avec la situation liée au Covid-19, il faut plus d’heures pour voyager. Puis, quand j’arrivais à la maison, je lavais mes combinaisons, tous mes habits et le lendemain, je m’envolais pour la course suivante. Il y avait du stress, mais j’ai beaucoup aimé, car j’adore ce sport. En fait, je voudrais piloter chaque week-end si je pouvais !”
Faire de nombreuses courses dans des championnats différents signifie beaucoup de changements de voiture…
“En WTCR, c’était la CUPRA Leon Competición, en Italie, une autre CUPRA Leon Competición, mais en TCR Europe et en CER, c’était le modèle précédent de la CUPRA. Même si la voiture était différente chaque week-end, honnêtement, ça n’a pas été trop difficile pour moi. Je connais très bien l’ancien modèle, je sais comment le piloter à la limite pour l’avoir fait durant des années. C’était aussi plus facile en TCR Europe, car c’était exactement la voiture que j’avais en WTCR [en 2019]. Mais la nouvelle CUPRA est très différente et j’ai continué à apprendre les meilleurs set-ups et à la préparer de façon parfaite. Mais, en même temps, une des meilleures choses pour moi en tant que pilote, c’est de pouvoir m’habituer à une voiture très rapidement et de pouvoir être très rapide en très peu de temps.”
En quoi la nouvelle CUPRA diffère-t-elle exactement de l’ancienne version ?
“Ce sont beaucoup de petites choses. Les freins proviennent d’une autre marque et les plaquettes donnent un ressenti différent. Nous avons la boîte Hewland et les changements de rapport sont plus doux. Nous avons aussi plus d’appui et roulons donc plus vite dans les courbes rapides, où nous souffrions de sous-virage avec l’ancien modèle. La nouvelle voiture est aussi plus stable, car il y a cinq centimètres de plus entre les roues avant et arrière. Nous nous battons moins qu’avec l’ancienne et nous pouvons ajuster bien plus de choses côté set-up. Mais il faut la comprendre, la préparer, et nous avions aussi les nouveaux pneus Goodyear. Nous n’avons pas fait le moindre essai de présaison avec ces gommes, nous sommes allés directement à Zolder pour la première course WTCR. Bien que cela ait été très difficile pour nous, j’étais content finalement, car j’ai fini la saison WTCR avec un très bon ressenti de la voiture et un set-up quasi parfait, ce qui est bien pour 2021.”
Que mangez-vous et buvez-vous spécifiquement pour vous adapter à un programme intense ?
“J’ai un préparateur physique qui m’indiquait ce que je pouvais manger et boire. Normalement, je prends beaucoup de protéines avec de la nourriture comme du poulet et des glucides pour l’énergie, des pâtes aussi. J’ai bu aussi beaucoup d’aquajuice, une boisson typiquement espagnole, juste pour être hydraté.”
Vous n’étiez jamais fatigué ?
“Le dernier week-end de course, pour la dernière manche du Campeonato de España Resistencia en Aragón, j’ai eu un problème. Je dormais dans ma chambre, mais à cinq heures du matin, j’ai eu très mal à l’estomac et le dimanche, je vomissais. Mais, en même temps, j’avais deux courses à disputer pour gagner le championnat avec mon coéquipier Evgenii Leonov. La journée a été très difficile pour moi, sans manger tout en devant piloter. Nous avons gagné le championnat, mais après 11 week-ends, mon corps était un peu fatigué et c’est pourquoi je me suis senti mal en Aragón.”
Vous êtes-vous beaucoup entraîné mentalement ?
“En WTCR notamment, il faut être très bien préparé, être très concentré. C’est plus difficile pour les pilotes du point de vue mental. Mais j’arrive à gérer assez bien de ce côté et je n’ai eu aucun problème.”
Quel a été le meilleur moment de l’année pour vous ?
“J’en ai eu deux. Mon meilleur a été quand j’ai gagné la seconde course en Aragón [sur la WTCR Race of Spain]. C’était la récompense de nombreuses heures de travail avec mon ingénieur, mon équipe, juste pour progresser aussi vite que possible dans une période de temps très courte. Je me souviens qu’à Zolder, m’être précipité devant la télé après les qualifications pour découvrir que j’étais dernier. Ce fut un feeling très désagréable, notre situation était très mauvaise. Gagner en WTCR après ça était très difficile. Quand vous gagnez une course de championnat du monde après avoir débuté la saison comme nous l’avions fait, c’est fabuleux. L’autre meilleur moment a été de gagner les deux courses de Spa sous la pluie en TCR Europe, dans des conditions très difficiles, depuis la 13e place [au départ]. C’était fou parce que je n’avais jamais rien connu de tel. C’était aussi très bon mentalement. Après Zolder, j’étais chez moi, me disant, ‘Mikel, tu n’es peut-être plus au meilleur niveau puisque nous nous battons pour la 20e place’. Le résultat de Spa m’a donc donné une bonne motivation pour ma course suivante en WTCR.”
Quelque chose se met-il en place de votre côté pour 2021 ?
“Je vais essayer de poursuivre en WTCR. C’est mon but et je m’entraîne très dur pour avoir la meilleure préparation possible. Si nous pouvons entamer 2021 avec le ressenti que nous avions à la fin de 2020, nous devrions nous battre d’entrée pour la première place. Et si nous pouvons débuter comme cela, alors nous pourrons nous battre pour la première place à la fin de l’année. Il est à 95% certain que je me battrai pour le titre. C’est le but.”
La saison 2020 de Mikel Azcona  
28-29 août : CER, Valencia (Espagne)
12-13 septembre : WTCR, Zolder (Belgique)
24-26 septembre : WTCR, Nürburgring Nordschleife (Allemagne)
10-11 octobre : WTCR, Slovakia Ring (Slovaquie)
17-18 octobre : WTCR, Hungaroring (Hongrie)
22-24 octobre : TCR Europe, Spa-Francorchamps (Belgique)
31 octobre - 1er novembre : WTCR, MotorLand Aragón (Espagne)
6-8 novembre : TCR Europe, Jarama (Espagne)
14-15 novembre : WTCR, MotorLand Aragón (Espagne)
21-22 novembre : TCR Italy, Imola (Italie)
28-29 novembre : CER, MotorLand Aragón (Espagne)
The post Une folle saison 2020 et des espoirs de titre en 2021 pour Azcona, Marathon Man du WTCR appeared first on FIA WTCR | World Touring Car Cup.
WTCR
Un dépassement sur Muller en point d’orgue d’une remontée de 13 places pour Huff en WTCR
15/07/2021 À 16:11
WTCR
Le Roi du WTCR Ehrlacher se rapproche du sommet dans la course au titre
15/07/2021 À 16:00